Un glaive… (+ Héritages 29)

Salut tout le monde !

Avant d’aborder le sujet du jour dont je dois vous parler depuis presqu’un mois, argh, un petit mot sur le festival Kinotayo : ça dure encore jusque mercredi à Lyon, plus de détails ici si ça vous dit 🙂 !! Moi, j’avoue humblement ne pas être fan de ce type de films, d’ailleurs The Actor, ce soir, ne m’a pas enchantée, rigolo sans plus, mais c’est toujours intéressant de voir aussi des choses dont on est pas public. Et pas que parce que ça rappelle pourquoi on l’est pas !! 😉 

Non pas que. Ça ouvre un peu quand même.

Moi, j’ai revu Your Name cet aprem et ben, la VF est plutôt bonne, au détail près qu’ils n’ont pas sous-titré les chansons dans le film, ce qui est dommage, mais je réitère mon avis : il est vraiment excellent, foncez sans risque ^^ !

Mais donc reprenons.

Ce soir donc, enfin cette nuit, enfin maintenant quoi, je voulais vous parler d’un autre film d’animation qui aurait pour moi mérité une diffusion en salle… Je suis à la bourre, je sais, mais je voulais quand même vous donner mon avis sur Kingsglaive : Final Fantasy XV, la vraie intro de 2h du jeu, disait Benzaie, et sur ce coup-là, je peux pas vraiment lui donner tort.

Toutes les images de cette news ont été réalisées avec mes petites mains blanches et ma touche imp écr Syst que je remercie au passage.

Pour remettre les choses dans l’ordre, j’ai vu le film après le jeu. je m’explique. N’ayant pas de PS4, je me suis regardé le jeu sur YouTube, sur la chaine d’At0mium, Let’s Play assez sympa, d’ailleurs. J’ai vu le film après, en compagnie de Joe et Gally, un peu avant Nowel. 

Si voir les choses dans cet ordre m’a spoilé quelques éléments du film, ce dernier reste une œuvre à part entière visible sans avoir vu ou joué au jeu. Si, par contre, vous voulez la suite, ben il faut jouer au jeu ou le regarder. Ça se trouve très bien, GameMovieLand a même fait un montage de 4h30 pour ceux qui veulent voir ça vite fait.    

Mais le jeu, je vous en parlerai la semaine prochaine, car là il est tard et je voulais vous parler de tout, mais pas le courage, donc on va se concentrer sur le film.

Kingsglaive est donc un film d’animation de Square Enix, très longue vidéo promotionnelle accompagnant la sortie de son dernier Final Fantasy. À noter que la VO est anglaise, puisque ce film était de base destiné à l’international, mais que la VF est très bonne.

Ce n’est pas vraiment une préquelle. L’histoire décrite dans le film se passe en fait, chronologiquement, au début du jeu et explique pourquoi le royaume de Lucis, dont le héros du jeu, Noctis, est le prince héritier, va chuter. Et non, ce n’est pas un spoil : toute la promo du jeu a rabâché l’histoire du petit prince qui doit sauver son royaume envahi…

Tout l’enjeu était donc de parvenir à raconter au spectateur une histoire dont il connait la fin, et mieux encore, une histoire où on ne voit pas le héros que tout le monde attendait, celui du jeu.

Gros challenge narratif, admirablement relevé avec un réel brio par l’équipe du film, qui, en introduisant un autre héros, Nyx Ulrich, alter ego du prince à bien des égards et jusqu’à son nom (Nyx veut dire nuit en grec là où Noctis veut le dire en latin), permet de raconter une histoire d’un point de vue original qui apporte vraiment à l’univers décrit.

Reprenons donc : la guerre fait rage entre l’Empire (qui est méchant, on est dans un JRPG, je rappelle) et le royaume de Lucis, seul à lui résister encore grâce à son cristal magique (JRPG, je vous dis), alors que tous les autres sont tombés. Mais bon, Lucis recule, le roi, détenteur du pouvoir du cristal, faiblit, et, réduite à sa capitale, Lucis se voit offrir une armistice par l’Empire. Une rencontre est donc organisée pour signer le traité de paix.

Mais entre Lucis et l’Empire se trouvent les Glaives, troupe d’élite de Lucis, auxquelles le roi a délégué sa magie, et qui sont en fait des réfugiés d’un pays voisin déjà annexé par l’Empire. Malmenés du fait de leur origine étrangère, les Glaives ont pour beaucoup une certaine rancœur envers leur pays d’accueil, voire même leur nouveau roi.

Ce qui n’est pas le cas de Nyx, membre émérite des Glaives à qui on reproche régulièrement de jouer au héros ou d’en être un (ce qui est un peu con, moi je serais commandant, j’apprécierais plutôt d’avoir un gars aussi doué sous mes ordres), et qui se retrouve pris malgré lui dans le complot qui vise à faire tomber Insomnia, la capitale du Lucis, lorsqu’on lui confie la garde de Lunafreya, la princesse fiancée au prince héritier (Noctis, le héros du jeu. Vous suivez ?)…

Si on retrouve avec plaisir Lunafreya ou encore le roi Régis, ou d’autres personnages du jeu, les personnages propres du film, Nyx et ses camarades, entre autres, sont plutôt bien campés et tout à fait intéressants, en particulier Libertus, dont on comprend la colère autant que la rémission. 

Nyx est un personnage qui m’a vraiment touchée dans ce qu’il a d’héroïque au sens propre, la droiture, la noblesse, le courage et la volonté pour aller jusqu’au bout, d’accomplir sans ciller ce qu’il juge devoir être fait malgré le prix à payer. C’est un personnage marquant, celui qu’on aimerait tous avoir le courage d’être.

Lunafreya est aussi un personnage fabuleux. Je vous en reparlerai quand je vous parlerai du jeu, mais elle donne vraiment, déjà dans le film, un bel aperçu de sa grandeur. Elle aussi est héroïque, belle, droite, sait ce qu’elle doit faire et ne cille pas non plus, mais sans jamais cesser de penser aux autres. Elle montre déjà ici une bonté dont on recausera. Réussir à sortir un personnage féminin de cette envergure est vraiment aussi bienvenue que surprenant. 

Square nous a habitués à nous en mettre plein la vue. Là, ils font quand même très fort. Ce film atteint un niveau de beauté et de réalisme vraiment bluffant. Même avec la motion capture, c’est vraiment époustouflant. On oublie volontiers qu’on a affaire à des pixels pour se laisser porter.

Porter par des héros vraiment forts et une histoire prenante dans des décors magnifiques, des environnements superbes, par des combats dantesques entre des forces démentielles et gigantesques, par un monde fabuleux qui n’a jamais été aussi crédible.

Je n’ai à reprocher à ce film que d’être ce qu’il est : une longue vidéo promotionnelle pour un jeu et non pas le début d’une saga cinématographique comme il l’aurait mérité à mes yeux. Non pas que le jeu ne soit pas à sa hauteur, mais tout de même, ça aurait valu le coup.  🙂

Bref, à voir, ne serait-ce que pour en prendre plein la vue. En plus et sans spoiler, je pense que le scénar se suffit quand même à lui-même et que bien que très ouverte, la fin reste une fin. Et puis, la suite sur YouTube au pire… Je suis en train de suivre le Let’s Play de Fareydj, encore en cours à l’heure où j’écris ces lignes, et c’est sympa de retrouver notre fine équipe dans une autre version de leur histoire.

Mais je vous parlerai de Noctis et de ses potes la semaine prochaine… Là il faut vraiment que j’aille dormir. 

Je vous laisse donc avec Matteo et Alec et moi je vais aller faire comme ce dernier, aller me foutre en boule sous ma couette… ^^

Bonne semaine à tous !!!

Ce contenu a été publié dans Alec, Animation, Cinéma, Fantastique, Fantasy, Festival, Final Fantasy, Gay themed, Héritages, Jeu vidéo, Kimi no namae ha, Kingsglaive, Makoto Shinkai, Matteo, Moi, roman, shonen-aï, Yaoi, Your Name. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Un glaive… (+ Héritages 29)

  1. Leloir dit :

    Ta critique me donne vraiment envie d’aller jeter un coup d’oeil au film :3 J’ai déjà beaucoup aimé le jeu (bien que j’ai pas mal de choses à lui reprocher, j’ai quand même passé un excellent moment devant.) donc je pense que je vais foncer!

    • Ninou Cyrico dit :

      @Leloir : Il est vraiment très bon. 🙂 Si tu as bien aimé le jeu, ben déjà je serai curieuse d’avoir ton avis sur le mien, lol, mais je pense vraiment que le film va te plaire. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.