… Et un roi (+ Héritages 30)

Pop tout le monde 🙂 !

Et encore une news à point d’heure…

Le dites pas à mon papa, je vais me faire gronder.

Bon, allez comme promis la semaine dernière, après mon avis sur Kinsglaive, mon avis sur Final Fantasy XV !

Alors, détail qui a son importance : je vais vous parler de ce jeu en tant que spectatrice et pas joueuse. N’ayant pas la console, c’est sur YouTube, via le Let’s play d’Atomium, puis celui de Fareydj, inachevé à l’heure où j’écris ces lignes, que j’ai suivi ce jeu.

Vous devez le savoir depuis le temps, je ne suis pas une si grosse gameuse. Vous devez le savoir aussi, la seule chose qui m’importe quand je me lance dans quelque chose, quel que soit le support, c’est une histoire qui m’embarque, des persos qui me touchent. Que ça soit un livre, un film, une série, un jeu vidéo, la narration est pour moi vraiment essentielle à mon adhésion à une œuvre. 

J’aime bien les FF sans en être une grande fan inconditionnelle. Je n’ai pas joué à tous et tous ne m’intéressent pas. Tout ça pour dire que je n’attendais pas FFXV avec fébrilité. Curiosité oui, car les visuels étaient plus que prometteurs. Mais des belles images ne font pas tout. Alors donc, voyons donc, si ce road movie entre potes m’a embarquée, si j’ai suivi Noctis et ses potes avec plaisir et intérêt ?

Et ben putain oui.

Alors, je reconnais au jeu, sans souci, la plupart des défauts qu’on lui attribue : caméra aux fraises, ce qui est totalement hors de propos en hiver, mais c’est con parce que les fraises, ça reste très bon, mais en été, seconde partie trop linéaire et fin bâclée, trop rapide, trop peu claire, à la narration cafouilleuse et bancale. Un jeu qui n’a clairement pas pu être fini comme il aurait dû, comme il était voulu par ses concepteurs, c’est absolument flagrant et c’est vraiment dommage.

Parce que bon sang, mais quel potentiel gâché ! Et sérieux les gars, au bout de dix ans, vous étiez peut-être pas à six mois pour nous boucler ça proprement ! 

Mais bon, prenons ça pour ce que c’est, en l’état, et voyons…

Après une quarantaine d’heure de vidéos, qu’est-ce qui reste de tout ça ?

Et ben, il reste un héros que je trouve plus que marquant, une princesse elle inoubliable et beaucoup de monde que j’ai bien aimé côtoyer, même si souvent, ils auraient mérité plus de développement.

Je ne vais pas vous détailler tout le monde et je vais essayer de vous spoiler le moins possible. 

Le personnage qui porte donc tout ce récit, c’est notre ami Noctis. Et ce jeune homme est pour moi vraiment très intéressant dans justement ce qu’il est et ce qu’il doit devenir. 

Reprenons vite fait l’histoire. Comme je vous le disais, la base est des plus classiques : méchant empire envahir gentil royaume. Gentil royaume avoir cristal magique. Gentil prince du gentil royaume va devoir rattraper le coup, vaincre méchant empire et sauver le monde au passage parce que bien sûr, y a baleine sous gravillons.

Alors, comment, d’un plot si classique pour ne pas dire banal, on arrive à une histoire qui retient l’attention ? Et bien, grâce aux personnages, comme je le disais. Et pour commencer, donc, notre jeune ami Noctis.

Pourtant, il ne partait pas gagnant, le petit prince. Son design de base est déjà à la limite de la caricature emo ou jeune chanteur de JPop. Je défie quiconque de ne pas avoir pensé à un boyband en voyant les premières images du quatuor qu’il forme avec ses trois compagnons. 

Certes. Mais c’est oublier un peu vite qu’on a affaire à un garçon de 20 ans, insouciant pour ne pas dire je-m’en-foutiste, parti tranquillement pour son mariage, qui se prend en quelques heures la destruction de son pays natal, de sa capitale, la mort de son père et de bien d’autres, dans les dents sans sommation, et à qui tout le monde demande manu militari de devenir un roi pour rattraper le coup et plus vite que ça.

Y a quand même de quoi avoir besoin de s’asseoir et d’encaisser cinq minutes…

 Et donc, tout l’enjeu finalement va être cela : comment Noctis va devenir ce roi, comment va-t-il accomplir sa tache et à quel prix. Car comme pour Nyx, et je n’ai pas du tout parlé d’alter ego par hasard, le prix à payer pour tout ça, ce n’est pas rien.

Ceci n’est pas une capture d’écran faite avec mes petites mains blanches. Le reste si.

Car la route va être très longue et les embuches comme les épreuves ne font que commencer.

Vraiment, j’ai aimé suivre ce personnage et il m’a sincèrement émue, amusée ou énervée, bref, simplement touchée, de par son évolution que j’ai globalement trouvée plutôt très bien menée. Noctis est en soi une réussite. J’ai vraiment aimé voir ce petit bonhomme désinvolte grandir pour devenir ce roi qu’on attendait, mais qu’il craignait lui-même de devenir. 

J’ai bien aimé ses trois compagnons également, même si je les ai trouvés sous-exploités. Le quatuor fonctionne très bien. Les dialogues, les piques qu’ils s’envoient sans arrêt les uns aux autres, tout ça marche bien et on sent bien l’affection et la camaraderie qui les lient. Dommage que les persos ne soient pas plus fouillés, mais on verra si les DLC prévus sur eux reviennent là-dessus.

L’autre personnage vraiment marquant dans cette histoire, je vous en avais déjà parlé vite fait la semaine dernière, c’est la belle Lunafreya.

Alors là, je suis désolée de le dire comme ça, mais s’il y a bien une chose dont je ne m’attendais pas de nos amis de Square Enix, c’était bien qu’ils nous sortent une personnage féminin de cette envergure.

Sérieux. On est tellement habitué à la cruchotte au bâton qui soigne et/ou à la bourrine à moitié garçonne qui cogne, souvent guère plus intéressantes l’une qui l’autre… Et voilà que débarque une femme belle sans être une pin-up sexy, vraiment utile à l’histoire et au héros, tant elle lui balise le terrain dans sa quête, voire depuis leur enfance, belle, intelligente, forte, qui avance sans ciller et qui a plus de c******* que tous les mecs de ce jeu réunis. Parce qu’il en faut entre autres sacrément pour se tenir face à Léviathan comme elle le fait en le regardant dans les yeux pour le défier comme ça !

 Et tout ça sans jamais perdre ni sa bonté, ni sa bienveillance, envers tous, y compris celui qui est derrière tout ce boxon.

Ce jeu m’a surpris à bien des égards, mais ce personnage reste à mes yeux, non pas le meilleur, car lui aussi aurait gagné un peu plus de développement, mais vraiment une excellente surprise dans un jeu de ce type. Sortir à ce point des stéréotypes était vraiment un énorme point fort du jeu pour moi, tant les personnages féminins dans les JRPG sont encore trop souvent des caricatures et des clichés.

Et que dire d’autre…

Ben que c’est un beau voyage dans des décors magnifiques, avec un bestiaire de ouf et des combats juste aussi improbables que dantesques, des ennemis comme des alliés démesurés. Un road movie avec quatre garçons sympas et pas mal d’autres persos qu’on est content de voir, de croiser, ou pas d’ailleurs… Preuve qu’ils ne sont pas si inconsistants. 

Donc, une belle balade à faire en bonne compagnie, malgré ses défauts. le voyage vaut le coup pour de vrai. 🙂

Sur ce, je vous laisse avec le chapitre 30 (waouh déjà) d’Héritages et je vous souhaite une très bonne semaine 🙂 !!

Ce contenu a été publié dans Alec, Animation, Coup de Coeur, Fantastique, Fantasy, Final Fantasy, Gay themed, Héritages, Jeu vidéo, Kingsglaive, Matteo, Non classé, roman, shonen-aï, Yaoi. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à … Et un roi (+ Héritages 30)

  1. Leloir dit :

    Ah, je l’attendais cette critique ! 🙂 Je partage globalement son avis sur le jeu, il est pas parfait mais il a aussi ses qualités très appréciables.

    (Bon je préviens juste au cas ou quelqu’un passerait par là, le commentaire peu spoiler certains passages du jeu 🙂 )

    Personnellement, je ne l’attendais pas spécialement (C’est plutôt mon frère qui le guettait et j’ai suivi quand il a voulu l’acheter), et a a été une super surprise. En fait, ça fait longtemps qu’un jeu ne m’avais pas semblé si captivant, au point d’en avoir le cœur serré à la fin à l’idée de devoir laisser les personnages là. Je ne voulais pas que ça se finisse. (D’ailleurs je retourne écrire avec dès que j’ai fini ce commentaire, je peux pas me résoudre à les laisser de coté xD)

    Pourtant je lui reconnais des défauts vraiment gênant. Hormis la caméra (c’est pas drôle les gros plan sur les buissons en plein combat. Vraiment.), le développement des personnages est pas mal décevant, (je pense surtout à Ravus et Aranea, dont on peut peiner à comprendre les actes tant on s’attarde peu sur eux.) alors qu’il y avait beaucoup à faire, surtout avec les révélations concernant certains. C’est dommage parce qu’ils sont vraiment attachants, mais il n’y a que Noctis qui m’ai donné ce sentiment de satisfaction à la fin du jeu (Et pourtant c’est vrai que les designs de base pouvaient effrayer un peu. J’avais peur d’avoir a faire au personnage « trop sombre et torturé », surtout après certains événements qui au final sont bien gérés.) On a vu le petit prince au début, à la fin on a a faire à un roi adulte qui est prêt à assumer son rôle, passé toutes les épreuves qu’il a du affronter et qui l’ont fait grandir.
    Luna aussi m’a beaucoup plu! Après, du fait qu’on la suit de loin, les événements la concernant ne m’ont pas semblé si marquants qu’ils auraient pu l’être (le sort d’Aeris dans FF VII m’a, part exemple, davantage secouée parce qu’on suivait le personnage depuis le début du jeu, alors qu’elle m’intéressait moins que Lunafreya.) mais c’était une réelle surprise d’avoir un personnage féminin aussi intéressant! Elle aide les autres et se montre compatissante sans tomber dans la naïveté ou dans la bonté exagérée, elle reste forte même si elle a ses failles. Son rôle est utile à Noctis et elle n’a pas a être sauvé par le héro, c’est même le contraire. J’aurais vraiment aimé avoir l’occasion de la découvrir plus.

    Sinon, pour l’histoire en elle même, il y a des points plus prévisibles que d’autres, mais j’ai aimé le fait qu’on ne s’attarde pas éternellement dessus et que les personnages aillent de l’avant. j’ai eu du mal à comprendre ce qui se passait au début, et heureusement que le film est là pour mieux nous expliquer la chute d’Insomnia. La fin aussi, j’ai trouvé certains point traités très rapidement, comme les retrouvailles (Parce qu’autant je comprends que Noctis ai pas grand chose à dire, autant on dirait qu’il ne s’est rien passé pour ses compagnons pendant tout ce temps, alors qu’ils ont quand même du évoluer.), mais d’un autre coté, bon sang que ça faisait plaisir de voir Noctis enfin devenir adulte, prêt à assumer son rôle!

    En passant, vu que je n’ai pas vu ton avis dans la critique – pour ne pas spoiler je suppose? – qu’as-tu pensé du méchant?

    Bon, voilà, j’ai plus grand chose à ajouter, si ce n’est que la VF m’a tellement plu que j’ai joué tout le jeu avec (et aussi parce que même avec mes lunettes, j’arrivais pas à lire les sous titres pour la VO x) )

    Bonne semaine! *s’en va retrouver Matteo et Alec*

    • Ninou Cyrico dit :

      @Leloir : Assez d’accord avec toi, donc, sans surprise.

      Trop de persos pas développés, Ravus, Aranea, comme beaucoup trop d’autres. C’est dingue car il suffit de si peu pour camper un perso… Et ils y sont si bien arrivés dans le film… :s Nyx est campé en une scène ou deux, ses potes pareil.

      C’est vrai aussi que les retrouvailles manquent de chaleur, et la fin, dans son ensemble, est vraiment trop rapide.

      Sinon, le méchant, sans spoiler, ben déjà, je l’ai calculé direct, et ensuite, très classe, bien ambiguë comme on les aime, mais clairement sous exploité aussi, et pas assez d’explications sur le pourquoi du comment à la fin. Mais j’ai bien aimé.

      je l’ai pas dit, mais la VF est effectivement plutôt très sympa. 🙂

      En résumé, un jeu qui a manqué de temps, mais s’ils l’ont pour le prochain, ça promet du lourd !

      Bonne lecture ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *