Zwip zwiiip zwiiiiiiiiiiiip zwip zwip !! (Yuri On Ice, bilan + Héritages 34)

Salut tout le monde 🙂 !

Bon alors, j’avais encore rien de spécial à vous raconter cette semaine, puisque j’ai surtout fait du papa-sitting et que j’imagine que ça vous intéresse assez peu, mes mirobolantes zaventures au chevet de mon popa qui avait besoin d’un coup de main, ou plutôt de yeux, pendant quelques jours, suite à son opération de la cataracte. Alors, j’imagine sans mal tous les gens qui me connaissent se marrer rien qu’à l’idée que mon œil et 1/2 puisse servir à ça, mais bon, ça l’a fait le temps que lui y voit plus clair et c’est l’essentiel. ^^ Pour info, il va très bien, merci. Il y voit à nouveau bien mieux que moi (comment ça, « c’est pas dur » ?)

Or donc, ne voulant pas vous refaire le coup du « J’ai rien à vous dire », je me suis rappelée que je ne vous avais pas fait de bilan de Yuri On Ice après la fin de la série, et que ça valait quand même qu’on y revienne un chtit peu.

Message informatif : ÇA VA SPOILER !!!… Donc, ben je conseille d’aller voir avant de lire, à part si vous vous en tamponnez le coquillard, ce qui est votre droit le plus strict.  

Reprenons.

Lorsque je vous avais parlé de cette série, j’en étais donc à l’épisode 5 et je vous avais expliqué que pour moi, ça tiendrait probablement bien plus de slash que de vrai shonen-aï/yaoi et que ça m’allait très bien. Et c’est toujours vrai, ça m’aurait très bien été. 

Là, normalement, si vous avez vu la série jusqu’au bout, vous devez bien rigoler. Et moi aussi, j’avoue. Tout comme je me suis marrée  au fil des épisodes, au fur et à mesure que nos deux larrons faisaient vraiment, mais vraiment de moins en moins d’efforts pour se cacher… Allant jusqu’à se passer littéralement la bague au doigt dans l’épisode 10. Oui, oui, Yuri fait ça pour remercier Viktor de tout ce qu’il a fait pour lui, on y croit tous, et Viktor accepte juste pour lui porter chance pour la finale. Ben voyons ! :p

C’est sûrement pour ça qu’un peu plus tard au resto, avec leurs amis, quand ceux-ci voient les anneaux et les félicite de leur mariage, Viktor répond que non, c’est juste des fiançailles et qu’ils se marieront si Yuri gagne l’or.

Ça, c’est s’il restait un doute à je ne sais quel aveugle suite au « baiser » très subtilement caché par un bout de bras (sic) à la fin de l’épisode 7. 🙂

Bref, quand les personnages, et par extension les scénaristes, sont aussi clairs, je pense honnêtement que le question est réglée. Là, c’est plus de la peau de saucisson que les gens qui pensent le contraire ont devant les yeux, c’est l’ensemble de l’élevage de cochons avec l’éleveur en rab’ ! ^^’

Ce point acquis, que pouvons-nous dire sur cette série ?

Déjà, et pour conclure sur la question de la relation entre Yuri et Viktor, cette dernière est vraiment belle, très pudique et surtout, son évolution est réellement intéressante, du petit patineur mal dans sa peau et sans aucune confiance en lui qui va revenir en force montrer au monde ce qu’il a dans le ventre, et il en a, au quintuple champion du monde qui va reprendre goût au patin, lui si las d’être seul au sommet, après avoir poussé son protégé pour lui faire atteindre ce même sommet, de la même façon qu’indirectement, il y pousse Yurio, son jeune compatriote, en le rendant furieux de gagner pour lui prouver sa valeur. J’ai vraiment eu le sentiment que Yurio voulait la médaille d’or pour que Yuri ne l’ait pas, pour forcer le Japonais à rester dans la compétition et Viktor à y revenir. Et bon sang ça annonce du lourd pour la saison 2 !!!  

Les deux personnages principaux sont vraiment très bien écrits, tout comme, encore une fois, tous les personnages de cette série. Même si on peut vraiment regretter le manque de développement de certains d’entre eux, on ne peut nier que tous ont leur caractère, leur histoire, leur style, y compris sur la glace, et je reviendrais sur cet aspect, bref, chaque personnage est un personnage complet, campé et bien campé, aucun ne laisse indifférent, et ça aussi, c’est du super boulot. 

Je vous l’avais dit aussi, j’étais un peu inquiète sur la seconde partie, craignant que cette dernière, centrée sur de la compétition pure, ne soit moins intéressante. Et ben c’est pas le cas du tout, et c’est là que j’en viens à causer technique et recauser persos secondaires.

Je ne suis pas sportive pour deux sous, on le sait, c’est pas nouveau, mais par contre, j’ai un ami qui lui, a fait du patinage à haut niveau dans sa folle jeunesse (Luzca, si tu me lis, bizoux). Donc, déjà, je lui ai très vite balancé ça en lui disant d’aller le regarder hop hop hop, ce qu’il a fait. Il a adoré et a donc pu m’éclairer sur plusieurs points.

Déjà, il m’a confirmé, mais je m’en doutais, que cette série était un sans-faute technique sur les scènes de danse sur glace en tant que telles. Mais plus encore, il a bien retrouvé l’ambiance de ce sport et aussi l’état d’esprit des patineurs, qui lui laisse à penser que cette série a vraiment été écrite avec, voire par des patineurs, notamment dans l’aspect « à quoi qu’y pensent pendant qu’ils patinent ».

Explication : durant toutes les épreuves, quand un patineur fait son programme, on a droit, vous vous en souvenez sûrement, à ce qui se passe dans sa petite tête, qui pense à sa douce, à sa sœur, à ce qu’il mangera en rentrant (du porc pané pour certains ^^) ou à n’importe quoi d’autre selon. En terme de mise en scène, c’est super intéressant car ça permet de ne pas rester à regarder des programmes qui seraient vite redondants et lassants pour le spectateur moyen, d’autant plus qu’on va être appelé à les voir plusieurs fois. Plus que ça, c’est une excellente façon de développer les personnages et de les caractériser. Mais encore plus que ça, ben ça rend très bien, m’a dit mon vieil ami, la réalité. Car non, un patineur n’est pas, à ce niveau, concentré sur son programme.

A ce niveau de compétition, comme à si haut niveau dans n’importe quel domaine, personne n’est concentré sur sa tache, car il est tout simplement dans la pure maîtrise de son art, et donc, en mode automatique, en roue libre. D’où, les pensées qui vagabondent. Un patineur, danseur, musicien, n’importe quoi qui ne connaitrait pas assez sa choré, partition, tout ce que vous voulez, pour ça, n’aurait pas le niveau. La preuve s’il en faut, lorsque vous regardez cette série : le même programme, dansé dix fois, dans dix moments et états d’esprit différents, donnera dix danses qui correspondront chacune à ce moment et cet état d’esprit précis. Tout ça parce que le patineur maitrise sa choré et sait l’adapter à toutes ces circonstances.

C’est un aspect vraiment très intéressant et bien foutu de cette série, qui rend les persos plus profonds, plus humains, et sert aussi bien la narration que la mise en scène. 🙂

Bon allez, on conclue, parce que c’est pas le tout ça, mais je vous en ai encore pondu un pavé… (Pardon Gally !!!)

Conclusion : ben vivement la saison 2 !!! Cette série est vraiment excellente à tous les niveaux : graphique, animation, scénar, personnages. Les dessins sont superbes, à quelques erreurs de proportion près pendant les danses, mais ‘faut mettre pause pour le voir, donc pas grave. C’est une excellente idée aussi d’avoir confié la chara-design des personnages à autant que gens, ça permet vraiment des vrais design variés, ce qui, vu l’internationalité des protagonistes (ça se dit ça ?) est vraiment très cool. Chaque perso à sa gueule, quoi, et c’est très bien. 🙂

L’animation est excellente, la fluidité des mouvements, des sauts, est juste impeccable. Le scénar est vraiment intéressant et si le récit tourne principalement autour de la relation de Viktor et Yuri et du grand come-back de ce dernier, tous les autres personnages sont intéressants, utiles et ont droit à leur développement. On rit, on est ému, on tremble, on croise plein de doigts ou on râle, et c’est vraiment très très très cool.

Vala vala.

Sur ce, je vous laisse avec Alec et Mattéo pour la suite de leurs mirobolantes zaventures, pour le chapitre 34 d’Héritages, et je vous souhaite une excellente semaine 🙂 !

Ce contenu a été publié dans Alec, Animation, Coup de Coeur, Dessin, Gay themed, Héritages, Humour, Manga, Matteo, Moi, Patinage, roman, shonen-aï, Yaoi, Yuri, Yuri on Ice. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Zwip zwiiip zwiiiiiiiiiiiip zwip zwip !! (Yuri On Ice, bilan + Héritages 34)

  1. Amakay dit :

    Petit coucou de Finlande où je suis en stage.
    J’attend la saison 2 de Yuri on Ice avec impatience aussi, ils m’ont bien fait rire ces deux là.
    Merci pour le chapitre 34.
    Bonne semaine et bon rétablissement à ton petit papounet

    • Ninou Cyrico dit :

      @Amakay : Oh, fait pas trop froid là-haut ?
      Sinon, oui, moi aussi, ça m’a vraiment plu 🙂 !!!
      De rien, merci de suivre !
      Bonne semaine aussi et merci pour lui, je transmettrai 🙂 !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *