Ouf, il me restait une queue de phœnix !… (+ Héritages 24)

Salut les gens !

Ah une petite news bien à la bourre, je suis sûre que ça vous manquait pas du tout… Et à moi non plus.

Je réintère mes excuses les plus sincères et le plus plates de vous avoir fait faux-bond la semaine dernière. Ca avait beau être pour la bonne cause, je m’en veux quand même de pas avoir su gérer mon planning mieux que ça…

Je vous re-annonce donc ma présence, le WE prochain, à la Japan Touch sur le stand de l’Espace Lyon Japon, comme d’hab’, qui sera situé en B3.2. La trilogie sera là, le recueil de nouvelles aussi, l’intégrale également et surtout et aussi la cause de mon épuisement actuel et de mon absence de la semaine dernière : la version longue de Long is the Road, intitulé Long is the road… … Hard is the way, retravaillée avec amour et surtout complétée par sa suite, racontée cette fois-ci par Shane. 

couv-longistheroad5

Ce joli bébé de 248 pages sera en exclusivité au salon au prix de 10€, puis en vente en ligne dès le lundi 12 décembre à 11€ (+ frais de port si besoin). 🙂

J’espère vraiment qu’il vous plaira, en tout cas moi, ça m’a fait bien plaisir de retrouver ces deux-là, même si Shane s’est révélé aussi bavard qu’Erwan. Y a pas à dire, ils se sont bien trouvé ces deux-là ^^ !

Priez tous très fort pour qu’ils soient livrés à temps !!!

Bref, venez nombreux, c’est toujours un plaisir de vous croiser. A noter que je devrais avoir une petite place sur les espaces dédicaces officiels cette année, mais je ne sais pas encore du tout comment ça marche… Toutes mes confuses !!

Voilà voilà. 

Allez, encore la nouvelle de Nowel à vous préparer et après j’hiberne !!! ^^

Enfin, à part pour Héritages, ne vous en faites pas !! Alec, Mattéo et tous les autres seront fidèles au poste ! D’ailleurs, je vous laisse aller lire la suite tout de suite, encore pardon, vraiment, promis je m’organiserai mieux à l’avenir. 

Très bonne semaine à tous et rendez-vous le WE prochain, à la JT pour ceux qui y seront, et ici pour les autres 🙂 !

Publié dans Alec, Bylonn, Chant des Drows, Convention, Erwan Perdreau, Gay themed, Héritages, Intégrale, Japan Touch, Livre, Long is the road, Long is the road... Hard is the way, Matteo, Maxiane, Moi, Polar, roman, Shane Callahan, Shane Dean, shonen-aï, Yaoi | Laisser un commentaire

Message informatif :s

Salut les gens !

Juste un petit mot pour vous dire que le chapitre de cette semaine sera à la bourre… Je suis en train d’essayer de boucler la nouveauté que je veux vous présenter à la Japan Touch et je suis bien sûr à la bourre, sinon c’est pas drôle !

Mais bon, je suis sûre que ça vous fera plaisir de retrouver Shane et Erwan, je me trompe ? 😉

Donc toutes mes excuses toutes plates, telles des crêpes bretonnes, mais je dois vraiment réussir à finir ça au plus vite. :s

Vala vala désolée !! J’espère avoir le temps de revenir un coup sur Héritages avant mercredi, mais rien n’est moins sûr. :s Pardon pardon, j’ai hypra mal géré mon planning de l’automne…  J’essayerai de faire mieux à l’avenir.

Merci de prier pour moi l’entité divine de votre choix ou de m’envoyer de bonnes ondes si vous êtes athée.

A très vite !!

Publié dans Convention, Erwan Perdreau, Gay themed, Japan Touch, Long is the road, Moi, roman, Shane Callahan, Shane Dean, shonen-aï, Yaoi | 4 commentaires

Stranger in the night… (+ Héritages 23)

Salut tout le monde 🙂 !

Promis cette semaine j’essaye de faire court… Je suis complétement naze, j’ai mal à la tête et une grosse journée demain. Argh.

Aujourd’hui on va causer super héros, ça faisait longtemps ! 🙂

doctor-strange-city-bending-179855

Dr Strange est un film américain de Scott Derrickson, avec Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor et Tilda Swinton, le petit dernier de la grande saga Marvel, que je ne serais probablement pas allée voir sans son acteur principal, ‘faut bien l’admettre. J’aime beaucoup Benedict Cumberbatch et j’avais très envie de voir ce qu’il donnait dans ce rôle, mais j’ai un peu décroché des derniers films, et aussi des premiers, en fait euh ben à part les Avengers 1 et 2 et Les Gardiens de la Galaxie, je crois que j’ai quasi rien vu… ^^’ Oups.

Tiens tu la sens ma grosse magie petit occidental inculte !

Tiens, tu la sens ma grosse magie, petit occidental inculte !

L’histoire est ici indépendante et ne se raccroche que par clins d’œil et à la toute fin à l’univers des Avengers, bref, on peut voir ça sans avoir vu les 25 autres films, ni lu les 235 comics ou vu les 12 séries. Oui, j’exagère un peu, mais bon, vous voyez l’idée. L’univers est présenté dans sa globalité et ça se tient tout seul.

Et donc, quoi que ça vaut ce film ?

Eh ben plutôt très bon, en fait. Certes très classique sur le fond, mais vraiment bien foutu et divertissant sur la forme.

Ah ah je suis niveau 2 je fais de la magie verte !!

Ah ah je suis niveau 2, maintenant je fais de la magie verte !!

L’histoire est celle de Stephen Strange, un neurochirurgien très doué. Tout le monde va vous expliquer que c’est un affreux connard imbu de lui-même, orgueilleux,  et heureusement qu’on nous le dit, parce que je l’ai vraiment pas senti dans le jeu de Cumberbatch. En fait, j’ai plus eu l’impression de voir un gosse surdoué, très conscient de son talent, trop impatient d’en savoir plus, de façon des fois très téméraire certes, mais je ne l’ai pas ressenti comme si odieux que ça.

Bref, Strange est un sale gosse et en bon sale gosse, il conduit trop vite sous la pluie en regardant son portable et donc, il a un accident de voiture (très impressionnant et bien réalisé au demeurant) dont il sort vivant, mais avec les mains en miettes. Ce qui, forcément, met fin à sa carrière de neurochirurgien. Pas de réponse à la question : mais pourquoi il ne se tourne pas vers la recherche pure, puisqu’il est dit qu’il est aussi chercheur, et donc, cherchant désespérément une solution, un miracle, il dépense ses derniers sous dans un ultime voyage au Népal. Pays où il va donc rencontrer une étrange sorcière qui commence par le jeter comme une merde avant de se laisser convaincre que ouais bon OK, c’est le héros, d’accord, elle va le prendre comme disciple. 

doctor-strange-teaser-trailer-inception-alternate-realities

Et bien sûr, y a un méchant qui traîne et qu’il va falloir calmer.

Voilà voilà.

Formellement, c’est une origin story des plus basiques. Héros qui découvre ses pouvoirs et va devoir au passage botter quelques culs pas sympas. Mais c’est bien foutu, c’est très bien joué (pour ce qu’en laisse voir une VF acceptable, mais je le reverrai en VO quand même), c’est très bien réalisé, les effets spéciaux sont très bons, j’ai beaucoup aimé la représentation de la magie et c’est très marrant. 

J’ai vu pas mal de critiques sur l’humour, ben il a bien marché avec moi, et aussi avec SnnowW et Adrien qui m’accompagnaient. Mention spéciale à la cape qui est très bien animée et qui m’a vraiment bien fait marrer ! ^^

Donc voilà, un très honnête petit divertissement, toujours bienvenu dans la morosité ambiante.

Vala vala.

Sur ce, je vous laisse avec le chapitre 23 d’Héritages et je vais me jeter dans mon lit.

Bonne semaine à tous 🙂 !

Publié dans Alec, Avengers, Cinéma, Comic, Dr Strange, Esotérisme, Fantastique, Gay themed, Héritages, Humour, Matteo, Occultisme, roman, Science fiction, shonen-aï, Super héros, Yaoi | Laisser un commentaire

Faut que ça glisse !! (+ Héritages 22)

Salut tout le monde !!

Alors avant toute chose, je vous annonce ma présence, comme d’hab’, à la Japan Touch, cette année, avec, j’espère, une petite surprise si je la boucle dans les temps 🙂 ! Et euh, au cas où, je précise, ça ne sera pas le début de la Seconde Époque. ^^’

Aujourd’hui donc ‘faut que ça glisse, et non, je sais que vous allez être atrocement déçus, mais on ne va pas faire une étude comparative des différents lubrifiants disponibles sur le marché, on va juste parler patinage artistique.

Non, non, mais je comprends votre déception. Mais en fait j’y connais rien en lubrifiants parce que j’achète toujours les trucs de base et… BREF !!! Je m’égare, vous n’avez rien vu et je disais donc,  aujourd’hui on va parler patinage artistique !!

telecharger

Alors vous vous attendiez pitêtre à ce que je parle de cette série plus tôt, puisqu’elle cartonne, mais je ne l’ai regardé que la semaine dernière. Bon, ça m’a fait 5 épisodes d’un coup, ce qui est cool. Je n’ai pas encore vu le 6e, ben ouais, j’avais un chapitre à vous écrire, j’peux pas tout faire !!… Et donc, honnêtement, je ne m’étais pas du tout intéressée à cette série avant ça.

COMMENT ÇA TU NOUS AS SNOBÉS ?!

« COMMENT ÇA TU NOUS AS SNOBÉS ?! »

Certes, certes, j’avais tort. Mais déjà, il faut savoir que je ne suis pas fan des animes de sports en général. Ouais, ouais, j’ai suivi Olive et Tom et Jeanne et Serge quand j’étais pitite, mais maintenant, un peu comme les nekketsu, ces shonens basiques où le héros va lutter pendant 8567 chapitres/épisodes pour péter la gueule à 546 connards de plus en plus puissants, devenant de plus en plus puissant lui-même, montrant qu’à force de travail et de courage on peut arriver à tout, ben franchement… Ça me saoule. Surtout, d’ailleurs, à cause de la longueur de ces séries.

Yuri t'as vu la dame elle a dit qu'elle nous aimait pas...

« Yuri t’as vu la dame elle a dit qu’elle nous aimait pas… Dis tu me consoles ? – Euh Viktor, on nous regarde, là… »

Je n’ai rien contre cette morale, au contraire, je suis bien placée pour savoir qu’il faut des années de travail acharné pour arriver à ce qu’on veut. Si si, quand je relis ce que j’écrivais il y a 20 ans et ce que j’écris maintenant, il n’y a pas de doute. Vraiment. Il faut s’accrocher, il faut lutter, tout ce que vous voulez. Mais sur un arc ou deux ça me va, sur 25, ça me lourde.

Donc, sur les séries de sports, ben pareil, et en plus, n’étant absolument pas sportive moi-même, je n’ai tout simplement pas en main les connaissances nécessaires sur les sports pour profiter de ces séries. Ben ouais, quand on connait pas les règles d’un jeu, quel qu’il soit, le regarder c’est juste chiant…

Alors si j'aime bien marcher. Mais un shonen sur la marche, à mon avis, niveau tension et action, ça serait pas top.

Alors si, j’aime bien marcher. Mais un shonen sur la marche, à mon avis, niveau tension et action, ça serait pas top. Maiiiiis ce n’est que mon avis !

Bref, sport grml, images des présentations grml grml, résumé plus que classique grml grml grml, donc j’avais laissé ça de côté.

Là-dessus, la semaine dernière, devinez qui qui me balance une AMV de cet anime sur skip pour je ne sais plus quelle raison (si, la chanson, je crois) ? Ma chère Armelle Shinigami qui est troooooop à fond sur cette série. ^^ Merci donc, chère amie !

Et là, ben, je me suis dit plusieurs choses : déjà, qui était le c** qui avait choisi une image rendant aussi mal la beauté des personnages que celle qui était sur tous les sites qui présentaient la série ? 

yuri-on-ice-600-2024044

Sérieux ? Les persos sont moches et tous en survet’ aussi moches ! Franchement, les gens ? C’est qui le marketeux qui a sorti que cette image-là devait représenter la série ? Non parce que ‘faut le virer, vraiment !!

v0hk0zh

« Eh eh j’ai trop la classe !! »

Car j’admets que ce qui m’a vraiment conquise dans cette AMV, outre sa qualité propre, beau montage et superbe chanson, c’est vraiment la beauté graphique globale, le charisme des personnages et surtout, la qualité de l’animation sur les scènes de patinage.

Je ne suis pas une grande fan de patinage artistique. En vrai, on regardait ça, surtout aux JO, avec ma sœur et ma mère quand j’étais pitite et ado, mais depuis, je rallume pas ma télé pour ça. J’avais aussi assisté, une fois, aux finales des championnats de France quand j’étais au lycée, parce qu’ils s’étaient passés à Lyon. Rien qui m’ait transcendée. 

Mais j’admets que ça reste cool à regarder comme sport et donc que ça m’a plu, d’autant que comme dit plus haut, ces scènes sont vraiment bien animées. 

Non mais miam. Sérieux, miam.

Non mais miam. Sérieux, miam. désolée, c’est un fanart, je n’ai pas trouvé mieux…

L’histoire est classique : Yuri, un patineur japonais, se plante aux championnats du monde ou équivalent et est prêt à tout abandonner. Il rentre alors dans sa ville natale où, juste pour montrer à une de ses vieilles amies qu’il peut le faire, il exécute sans faute le programme du quintuple champion du monde, un Russe nommé Viktor, dont il est fan depuis toujours et qui, quoi qu’on en pense, à mon avis, se fait super chier tellement il est au-dessus de ses concurrents. Or, les filles de l’amie ont tout filmé et balancent ça sur Internet. La vidéo cartonne et tombe sous les yeux de Viktor qui, ni une ni deux, quitte la Russie pour venir au Japon devenir l’entraîneur de Yuri. 

"Rejoins-moaaaaa..."

« Rejoins-moaaaaa… »

Classique, mais fonctionnel. En plus, j’y peux rien, mais les histoire de transmission, sous toutes leurs formes, ici celle d’un mentor arrivé au sommet qui tend la main à celui qu’il a choisi pour prendre sa suite, car il a vu son potentiel, sont toujours des histoires qui me touchent particulièrement. C’est une récurrence dans mes propres histoires… Vous savez, j’écris un truc qui s’appelle « Héritages », en ce moment, par exemple. Popopom…

yuri-on-ice-04-620x350

Les persos sont tous très bien traités, même les persos secondaires sont intéressants et consistants et pas juste des stéréotypes là pour la déco. L’histoire évolue bien, les persos aussi et c’est souvent très drôle. Je m’attendais vraiment pas à ce que ça me fasse autant marrer. Ah qui n’a pas rêvé de devenir un délicieux porc pané… Ceux qui savent comprendront !! ^^

J’aime bien Yuri et j’admire la façon dont il est géré au niveau « design », si je puis dire, et surtout, la différence entre le petit binoclard si fragile et peu sûr de lui de la vie quotidienne et le patineur magnifique qu’il devient sur glace. Non, franchement, on passe de ça : 

yuri-on-ice-new-trailer

À ça :

yuri-on-ice-03-620x350

Si, si, je vous jure que c’est le même.

Si j’avais deux petits bémols à formuler, c’est d’une part que l’anime est trop rapide sur sa narration et malheureusement, si ça se confirme que ça ne fait que 12 épisodes, j’ai vraiment peur que ça soit beaucoup trop court par rapport au potentiel de départ. 

Ensuite, et ça c’est vraiment un détail de rien du tout, mais qui me saoule toujours un peu en 2016, pourquoi les persos ne parlent pas dans leurs langues ? Lorsque Viktor débarque au Japon, il s’exprime plusieurs fois en anglais, façon très cool de montrer qu’il ne parle pas bien japonais. C’est normal et ça rend bien. Ou plutôt, ça rendrait bien si dans le reste de l’anime, tous les Russes ne parlaient pas tous en japonais tout le temps, y compris entre eux en Russie !! En fait, là, y a un parti pris du coup très bizarre : soit tout le monde ne parle que japonais et ma suspension d’incrédulité fonctionne, elle est pas si farouche, et dans ce cas Viktor ne parle pas anglais, soit tout le monde parle dans sa langue et on sous-titre. Mais mixer les deux c’est chelou. Vraiment j’ai eu un petit bug.  

Pour finir, le moment que vous attendiez tous, oui, cet anime est clairement shonen-aï pour moi. Je suis sûre qu’on ne verra jamais le moindre bizou et que rien ne sera dit, mais bordel, là excusez-moi, c’est rien de dire que le reste suffit !! Et surtout que ça suffit tout court. Je n’en demande et n’en demanderai pas plus. Déjà parce que les fans s’en chargent, du plus, mais aussi parce que ce n’est pas nécessaire. La relation entre les deux hommes est suffisamment forte et belle pour qu’on ne soit pas obligé de rajouter une couche sentimentale. La relation de mentor à disciple est vraiment touchante et suffit.

tumblr_inline_oc9jzqnx1c1r5dkjv_540

Viktor est un personnage magnifiquement ambiguë, aussi sérieux et intelligent qu’il peut être dingue et irresponsable, beau, charismatique, sûr de lui et il est cohérent de le penser bi ou gay. Vraiment. Yuri est plus jeune et l’admiration, la fascination même, puis l’affection réelle qu’il ressent pour Viktor est indéniable. Vraiment.

(Non mais vouloir devenir un délicieux porc pané, quoi, quand même, si c’est pas une preuve d’amour ça… Pardon j’arrête. Mais ça m’a vraiment trop fait rire !! )

"Owi mon petit tonkatsu chéri..."

« Owi mon petit tonkatsu chéri… »

Mais qu’est-ce qu’on s’en branle de les voir se rouler une pelle ? Oui, on peut imaginer leur relation comme simplement amicale et filiale. On peut être aussi tactile avec ses potes, je vous jure que oui, surtout dans une relation de type filiale. Étreindre, dans des moments forts, quelqu’un qu’on considère un peu comme son enfant, quoi de plus normal ? Je rappelle qu’en plus, on parle d’un Russe. Les Russes sont connus pour s’embrasser sur la bouche pour se dire bonjour, tous genres confondus. C’est plus le fait que Yuri, un jeune homme japonais, peuple pas vraiment connu pour être tactile, lui, pour le coup, accepte ces contacts sans beaucoup résister, puis saute lui-même au cou de Viktor par moment (ou essaye, ceux qui savent comprendront aussi), qui pourrait poser question. 

yuri-on-ice-episode-5-recap-episode-6-spoilers

Le sujet n’est même pas posé dans la série, sauf à un seul moment, celui où Viktor demande à Yuri ce qu’il veut qu’il soit pour lui et, dans la liste qu’il propose, « petit ami » passe, mais Yuri ne répond pas oui et la question reste un peu en suspens.

Mais franchement, ce n’est pas un souci pour moi et je regrette que certaines personnes se focalisent là-dessus, en bien comme en mal d’ailleurs. Ami ou amant, ça n’a pas la moindre importance. Se limiter à ça, c’est refuser de prendre cette série pour ce qu’elle est : un anime sur la renaissance d’un patineur paumé, tombé au plus bas, qui va se relever et se révéler parce que celui qui l’inspire depuis son enfance va vraiment venir lui tendre la main pour l’entraîner, dans tous les sens du terme. 

Voilà voilà. Je vous ai encore pondu un roman, je suis désolée Gally !!! Un jour, promis, tu n’auras pas peur en déroulant une de mes news !!! 😉

Sur ce, pour celles et ceux qui sont encore là, je vous laisse en compagnie ben, surtout de Lou et Sigfried cette semaine, pour le chapitre 22 d’Héritages.

Très bonne semaine à tous ^^ !! 

Publié dans Alec, Animation, Convention, Coup de Coeur, Fanart, Gay themed, Héritages, Humour, Japan Touch, Manga, Matteo, Moi, Non classé, Patinage, roman, shonen-aï, Yaoi, Yuri on Ice | 2 commentaires

Une petite fille est passée par là… (+Héritages 21)

Salut tout le monde !

Eh, vous avez vu, une news qui ne débarque pas au milieu de la nuit ^^ !! On aura tout vu !

Alors, pour commencer, deux choses :

Déjà, merci pour vos retours sur la nouvelle d’Halloween, ça fait plaisir d’avoir sué quand on a ça en retour 🙂 !

Et aussi ! J’ai reçu entre temps mes exemplaires de l’intégrale de la trilogie et ben la vache ! Ca fait du beau bébé…

img_20161106_1552073,2 cm d’épaisseur pour 880 gr.  

Donc, quand je vous disais de pas vous le prendre sur le pied… ^^’

Voilà voilà.

Sinon, comme je n’avais encore pas grand chose à raconter cette semaine, je me suis dit que je pouvais prendre un moment pour vous parler BD, ou comic strips pour utiliser les termes exactes, et vous emmener en Argentine.

mafalda-english-001

Mafalda est une bande dessinée de Quino, parue initialement en Argentine, donc, entre 1964 et 1973. 

Sous couvert de raconter les aventures d’une innocente fillette, de sa famille et de ses amis, Quino a livré là une œuvre profondément politique et engagée, et à ce titre, véritablement marquée par son époque.

mafaldalib

Mafalda raconte donc la vie de Mafalda, petite fille en perpétuelle interrogation sur le monde, ses conflits et ses injustices, ses parents, une humble femme au foyer et un employé de bureau de la classe moyenne, qui font ce qu’ils peuvent avec une gamine pareille et plus tard, son petit frère Guille se joindra au récit. 

On retrouve aussi ses amis : Felipe, doux rêveur, Manolito, incarnation vivante du capitalisme outrancier, toujours à vanter la boutique de son père, Susanita, petite bourgeoise qui ne rêve que de son futur mari et de son fils qui sera bien sûr un grand médecin, Liberté (Libertad en VO), graine de révolutionnaire et Miguelito, qui plane souvent très haut.

bande

Tout ce petit monde me faisait marrer à 10 ans et me fait toujours marrer à 35, mais, un peu comme pour Snoopy, pas du tout pour les mêmes raisons. Si les blagues sur la petite fille et ses mésaventures quotidiennes me parlaient déjà lorsque j’étais enfant, j’admets volontiers que toutes les références à la Guerre Froide, au Vietnam, et surtout à l’histoire plus que mouvementée et violente de l’Argentine elle-même dans ces années-là, enchaînant les coups d’État et les dictatures militaires, me passaient très largement au-dessus de la tête. 

9782723429627

A ce sujet, et pour pouvoir donc vraiment profiter de tout ça, il a fallu que j’attende d’avoir l’intégrale de Mafalda, un très beau pavé aussi, pas du tout pratique à lire au lit, mais entièrement retraduit et surtout annoté, ce qui fait, comme pour Snoopy encore une fois, qu’un nombre non négligeable de strips obscurs prennent enfin tout leur sens. C’est du bonheur à relire et pour découvrir cette œuvre et ses problématiques réelles, c’est indispensable. Les petits tomes colorisés de Glénat restent sympa, mais clairement trop orientés « enfant ».

Dessin qui rappellera peut-être une certaine vanne du tome 1 à certaines personnes !

Dessin qui rappellera peut-être une certaine vanne du tome 1 à certaines personnes !

Contrairement à pas mal de monde apparemment, je trouve que la comparaison entre Snoopy et Mafalda tourne assez vite court et que, malgré toute mon affection et tout mon respect pour ce pan de l’œuvre de Quino, elle me parait bien trop politique et marquée par son temps pour prétendre à l’universel. Mafalda restera un témoignage acerbe, très fin, d’une époque, là où Snoopy, pour moi, transcende ça car, à quelques références assez rares près, ses strips sont juste totalement intemporels. 

Ceci dit, il y a une autre facette de Quino qui elle, pour moi, restera plus sûrement, c’est tout simplement les très nombreux dessins d’humour qu’il a produit.

quino2800

C’est très simple: si vous aimez Sempé, foncez.

quino-il-n-y-a-pas-d-age-pour-s-offrir-de-petits-plaisirs-1433506900

On a là aussi des choses souvent très acerbes et engagées, mais plus perdues dans un contexte historique trop particulier. qui reste mettre dans l’art du muet, de dessins qui n’ont pas besoin du moindre mot pur toucher leur cible.

a3a366273

C’est là la différence majeure entre Mafalda et le reste de l’œuvre de Quino : on comprendra, en 2016, plus facilement un petit Noir famélique qui dessine la statue de la Liberté en clown, dénonciation acerbe de l’hypocrisie des pays riches face à la pauvreté du reste du monde, qu’un strip parlant de la guerre du Vietnam et d’un énième coup d’État militaire argentin. 

basura

Le discours de Quino n’a pas bougé, dénonçant avec la même verve, le même talent, les inégalités et injustices de notre monde. Et Dieu sait qu’il y en a besoin !!

quino

En conclusion, je ne peux que vous conseiller l’ensemble du travail de Quino, qui reste drôle, intéressant, et vraiment nécessaire, tant pour ne pas oublier le passé dont il reste un excellent témoignage, que pour réfléchir au présent. C’est souvent très noir, très acerbe, mais perso j’adore ^^ !

Sur ce ! Je vous laisse là avec le chapitre 21 d’Héritages, pas le plus drôle, mais bon, ‘fallait bien passer par là… 

Bonne semaine à tous 🙂 !

Publié dans Alec, Bande dessinée, BD, Bylonn, Chant des Drows, Charles Schulz, Comic, Coup de Coeur, Dessin, Gay themed, Héritages, Humour, Intégrale, Livre, Matteo, Maxiane, Merci !, Naufragés, Nayae, Nouvelle, Océan Stellaire, Peanuts, roman, Science fiction, shonen-aï, Snoopy, Wlad, Yaoi | Laisser un commentaire