La famille Addams est A couteaux tirés à cause du Chant du Loup (ciné ^^)

J’ai été le chercher loin ce titre… ^^’

Salut les gens 🙂 !

J’espère que ça va pour vous au milieu de toutes ces turpitudes… Afin de ne pas ajouter au marasme ambiant, je reste sur ma ligne éditoriale pas trop politique. Parce que je n’en pense pas moins, et je pense que vous le savez très bien, mais voilà, on se prend tous assez la tête ailleurs pour que je souhaite toujours vous l’épargner autant que possible ici. 🙂

Sinon, petit conseil youtube. Si vous avez 1h40 à tuer, je ne peux que vous conseiller d’aller voir le zapping 2019 de Misterfox, que j’ai eu la chance de voir en avant-première dans un petit ciné associatif de Lyon lundi soir. C’est un boulot de montage absolument bluffant, brillant, aussi drôle que grave et encore bravo et encore tout mon respect. 🙂 Au plaisir de te recroiser très vite ! 🙂

A Nowel, je me suis offert une carte ciné illimitée. En effet, marre de ne pas voir les films qui m’intéressaient, sachant que je n’arrive pas à trouver le temps de les regarder tranquille ici… Donc, il y a des chances que, comme aujourd’hui, vous ayez régulièrement des petites compils de critiques express. 🙂 A savoir que je ne m’étalerai pas forcément trop sur chaque film, sauf vrai coup de cœur.

On va attaquer aujourd’hui avec les trois films que j’ai vus ces jours-ci (trois rattrapages de 2019, en vrai).

La Famille Addams, film d’animation sorti en décembre, sur lequel je suis un peu mitigée. Ce n’est pas un mauvais film. C’est sympa, assez drôle, bourré de bonnes idées. Ça revient sur la genèse de la famille, ce que je n’avais jamais vu. J’ignore si l’origines story décrite ici est une invention de ce film ou si elle est conforme au comic original, mais elle est marrante et c’est plutôt une base intéressante.

Après, on est très clairement dans un film pour enfants très manichéen, cousu de fils blancs et au discours très simpliste. Bref, très loin des deux films des années 90, La Famille Addams et Les Valeurs de la famille Addams, auxquels il n’arrive pas à la cheville, tant sur le fond que sur la forme. Et puis, dénoncer le conformiste des classes moyennes américaines sclérosées et la manipulation des médias, ce n’est plus très original et clairement traité trop en surface ici.

En conclusion, je pense que ce film est une très bonne intro à l’univers de la famille Addams pour des enfants qui ne le connaissent pas et sont trop jeunes pour voir les films sus-cités. Vous ne passerez pas un mauvais moment, mais comme adulte, vous risquez de rester sur votre faim. C’est vraiment trop gentillet et moralisateur, ce qui est un peu un comble vu l’œuvre d’origine.

Le Chant du Loup, premier film d’Antonin Braudy, avait éveillé ma curiosité lorsque j’avais vu le vlog de Durendal en mars dernier. Je l’avais loupé, mais j’ai eu la chance qu’il repasse ces jours-ci, j’ai donc pris ma canne sans mon chapeau pour aller le voir.

Le Chant du Loup est un très bon film de suspens français, dans le milieu de la marine et plus précisément des sous-marins, dans un présent alternatif crédible. C’est très bien fait, ça vous prend aux tripes, c’est très bien joué, porté par d’excellent acteurs. Je ne connaissais pas François Civil, qui s’en tire extrêmement bien, mais aucun des autres n’est en reste. Omar Sy, Reda Kated et Mathieu Kassovitz sont aussi très bons, et un casting aussi bigarré, moi ça me fait plaisir. 🙂 Des retours que j’ai lus ou vus de militaires, marins ou sous-mariniers, le film est aussi crédible que possible.

L’histoire est aussi simple que diablement efficace, les personnages sont très bien écrits, et s’il souffre de petites faiblesses narratives, de petites incohérences ou oublis, ben, je dirais qu’il ne le doit qu’à son genre. Ce type de soucis est pour moi clairement inhérent aux films d’actions mettant en scène des militaires ou affilés (ça marche pour les agents secrets aussi), où souvent quand même, la forme l’emporte un peu sur le fond. On parle en plus ici d’un premier film, on peut donc largement comprendre qu’il ne soit pas parfait.

Mais vous me connaissez, c’est vraiment du chipotage, rien qui m’ait sorti du film pendant son visionnage, juste quelques questions venues après.

Le Chant du Loup est un excellent film, un film français ambitieux qui se donne les moyens de ses ambitions, un récit qui vous scotchera à votre siège jusqu’à la fin, à voir et à faire connaître pour que le cinéma français évolue enfin en dehors des comédies pas drôles et des drames familiaux usés jusqu’à la corde.

Et on va finir par mon petit chouchou, A couteaux tirés de Rian Johnson, un excellent polar et là pour le coup, une leçon d’écriture et de suspens absolument magistrale.

On est dans un pur hommage à Agatha Christie ou Georges Simenon, à tous ces romans policiers mythiques qu’on connait tous au moins de nom. Une mort étrange dans un manoir isolé, une famille pleine de secrets et de faux-semblants, un détective engagé pour faire la lumière… Ça m’a presque fait bizarre que ça se passe aux USA de nos jours, tant j’étais habituée à ces romans sentant bons le début du XXe siècle ou l’Après-Guerre, dans la campagne brumeuse de l’Angleterre de Miss Marple ou le Paris de Maigret. Mais la transposition à notre époque est très bien gérée, la modernité tout à fait intégrée dans l’intrigue, le scénario est d’une intelligence et d’une finesse trop rare.

Les personnages tous aussi bien écrits qu’interprêtés. Daniel Craig n’a que le défaut de ne pas être vraiment francophone dans la VO, ses quelques répliques en français sonnant du coup un peu bizarrement, Chris Evans est excellent, dans un rôle enfin moins lisse que son gentil Captain America et face à eux, Ana de Armas est réellement bluffante dans le rôle de cette brave petite infirmière sud-américaine complètement dépassée par les évènements et pourtant sans aucun doute le personnage moralement le plus noble et fort de toute l’histoire. Et ce n’est que le trio de tête, mais tous les autres sont aussi bons.

Ça faisait vraiment très longtemps qu’un film policier ne m’avait pas autant épatée par ses twists, tous crédibles, ses éléments amenés les uns les autres avec une précision chirurgicale, sans qu’aucun n’en contredise un autre ou ne crée la moindre incohérence. Juste waouh. *_*

Bref, si vous êtes adepte de ce genre d’histoire, ben foncez, parce que c’est vraiment du tout bon. 🙂

Voilà voilà. 🙂

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine et vous dis à très vite pour la suite du Petit Papillon ! 🙂

Publié dans Cinéma, Coup de Coeur, Esotérisme, Fantastique, Humour, Le Petit Papillon, Occultisme, Polar, roman, sorcière, Tranche de vie, Uchronie | Laisser un commentaire

Bonnannée !!!!! (Le Petit Papillon 2)

Salut tout le monde 🙂 !

Je vous souhaite tous mes vœux de bonheur/réussite/santé/amour/argent/ajouter là ce que vous voudrez. 🙂

J’espère que vous avez passé un bon réveillon et que vous avez attaqué l’année du bon pied !!

Pour ma part, j’avoue que l’année à venir est pleine de brume et de choses pas encore sûres… Beaucoup de projets, encore plus de questions !! Suspens !! ^^

Mais bon, laissez-moi faire mon travail, dès que j’aurais de plus amples informations, vous en serez les premiers informés ! 🙂

Je ne vais pas trop m’attarder, n’hésitez pas à aller voir la nouvelle de Nowel pour ceux qui ne l’ont pas encore lue et à vous jeter sur le deuxième chapitre du Petit Papillon qui n’attend que vous, avec les petites illustrations que j’ai enfin eu le temps de poser ! 🙂 Dites-moi donc ce que vous en pensez !

Encore tous mes vœux et bonne semaine à tous 🙂 !!

Publié dans Bande dessinée, BD, Dessin, Devoir du Gardien, Esotérisme, Fantastique, Gael, Gay themed, Guillaume, La Dame au renard, Le Petit Papillon, Le Soir au fond des bois..., LGBT+, mm, Moi, Murmure d'une vie, MxM, Nouvel An, Nouwel An, Occultisme, Orages, Papillon, roman, Romance, Romance MM, Romance MxM, shonen-aï, Sous le sapin, Tsume, Une Histoire de famille, Yaoi | Laisser un commentaire

Les Enfants du Temps, une histoire d’amour et de pluie

Salut les gens 🙂 !

Une fois n’est pas coutume, je ne vous remercierai pas pour vos retours sur la nouvelle de Nowel puisque euh, je n’en ai pas eu… Je ne sais pas si vous vous êtes fait manger par les rennes du Père Nowel ou si les grèves ont eu raison de vous, sauf si bien sûr vous avez été mangés par des rennes grévistes, mais elle est bien sûr toujours en ligne, donc ne vous gênez pas… ^^’

Déjà que j’ai très peu de comm’ sur Amazon pour le petit dernier… Si j’en ai même p’u ici, je vais bouder moi… :p N’oubliez d’ailleurs pas que vous avez jusqu’à mardi pour l’avoir à 0,99€ sur Amazon !

Mais bon, ne nous appesantissons pas sur le négatif et finissons bien l’année par une newzette sympathique !!

Alors alors… Une petite critique ciné en attendant 2020, ça vous dit ? ^^

Que faisiez-vous hier soir ?

Bon, j’espère que vous n’êtes pas trop nombreux à avoir pensé : « Erf, encore en train de me remettre de Nowel, trop de champomy et de chocolat… »

Moi, j’étais au cinéma pour l’avant-première d’un film qui, j’avoue, titillait bien ma curiosité.

Alors déjà, un immense merci à CinemAsian d’avoir organisé cette avant-première à Lyon. 🙂 C’était vraiment sympa !!

Ensuite, que vaut ce film, le nouveau film de Makoto Shinkai, très attendu après son cultissime grand frère, Your Name ?

Si vous vous souvenez, je ne vous avais pas fait une longue critique de Your Name, car j’estimais que ce film devait être découvert en ayant le moins d’infos possible. Le scénario était construit de façon complexe, avec beaucoup de surprises et de twists vraiment intéressants, qui méritait qu’on s’y jette vierge, si je puis dire.

J’avais beaucoup aimé Your Name, sans être à genoux devant non plus. J’ai par la suite eu l’occasion de voir l’intégralité de la filmographie de ce réalisateur, pour découvrir qu’il traitait en fait toujours plus ou moins de la même thématique, à une exception près (et encore), Voyage pour Agartha.

Ses films tournent quasi tous autour de jeunes gens, de romances contrariées par des éléments très divers selon les œuvres (sauf, donc, Voyage pour Agartha), souvent le monde qui les entoure, par divers biais. Aussi n’ai-je pas du tout été surprise de retrouver ça dans Les Enfants du Temps. Le récit étant bien plus simple et linéaire cette fois, je peux me permettre d’en parler sans risquer de vous le gâcher. Pas de spoil majeur bien sûr, ne vous en faites pas.

Attention cependant à bien me comprendre : comme disait notre ami Le Fossoyeur, simple ne veut pas dire simpliste et on a affaire à une très belle histoire, très bien écrite. La qualité narrative est là, il n’y a pas de discussion là-dessus.

L’histoire commence lorsque Hodaka, jeune lycéen de 15 ans, fugue de son île pour rejoindre Tokyo. Seul et sans ressources, il survit comme il peut et erre dans les rues jusqu’à être recueilli par Suga, un drôle de type qui vivote en écrivant des articles pour des magazines sensationnalistes avec son associée (?) Natsumi, une jeune femme très dynamique, en tout cas bien plus que Suga.

Les pluies tombent sans cesse sur Tokyo depuis des semaines sans qu’on l’explique et la légende des « filles-soleil » et des « filles-pluie », des prêtresses capables de contrôler le temps, ressurgit . C’est alors qu’il enquête là-dessus avec Natsumi, pour écrire un article, que Hodaka croise la route de Hina, une demoiselle de 16 ans qui l’avait aidé plus tôt et qu’il tire des griffes de probables maquereaux. Hina va alors lui faire découvrir son pouvoir, celui d’arrêter la pluie et de ramener le soleil pour quelques heures… Un pouvoir merveilleux. Mais chaque pouvoir a un prix.

J’ai beaucoup aimé ce film, je l’ai même préféré à Your Name, au risque de me faire conspuer. C’est plus sombre, bien plus sombre et même s’il y a de très bons gags, l’ambiance n’est pas à la franche rigolade. Je trouve, du coup, le récit bien plus profond et marquant. L’histoire est belle, les personnages crédibles, le trio que Hodaka et Hina forment avec le petit frère de la demoiselle, Nagisa, est très juste et très touchant.

Juste trois gamins livrés à eux-mêmes, qui tentent désespérément de s’en sortir dans un monde où personne ne cherche à les aider, où les seuls adultes qui s’intéressent à eux ne font que les exploiter, ou essayer, ou tenter de les arrêter sans chercher à les comprendre, au nom de la « raison », du « bon sens », d’une « loi » qui semblent leur avoir fait perdre toute empathie.

Un exemple qui ne spoilera pas grand chose. On se saura jamais pourquoi Hodaka a fugué. On sait juste que quand on le découvre, il a des traces de coups et des pansements sur le visage. Elles ne seront pas expliquées. Violence familiale, harcèlement ou brimades scolaires, bagarre ? Personne ne semble se poser la question, et surtout personne ne lui posera vraiment la question. Il répète qu’il ne veut pas rentrer, personne ne lui demandera pourquoi ou n’insistera face à sa réponse. Suga est bien content d’avoir un « assistant » à exploiter et les policiers qui chercheront le garçon n’auront pas plus de considération pour lui. Leur solution ne sera que « rentre chez toi » sans jamais l’écouter, sans jamais chercher à le comprendre.

Les adultes sont figés dans leur vie, leurs règles, ils ont perdu cette force, cette énergie de vivre et de lutter qu’ont ces enfants. La seule exception est Natsumi, mais elle est encore jeune, comme si elle n’avait pas encore (?) basculé dans ce moule inhumain.

Dans ce monde de pluie où ils sont livrés à eux-mêmes, ces enfants bricolent donc leur vie, leurs émotions, leurs amours comme ils peuvent, et on ne peut que comprendre leur émerveillement face au pouvoir de Hina, qui est littéralement leur seul rayon de soleil.

Techniquement, le film est magnifique, très bien réalisé, avec des purs moments de contemplation, salvateurs entre deux galères. C’est une déclaration d’amour à Tokyo, dont les vues, avec ou sans pluie, sont superbes. Je ne vais même pas m’étaler sur la qualité de l’animation, il y a bien longtemps que nos amis du studio Toho n’ont plus rien à prouver là-dessus. La BO est aussi excellente, tout à fait dans la veine de Your Name, puisque c’est le groupe RADWIMPS qui rempile, avec l’aide d’une chanteuse, embauchée pour l’occasion, qui apporte un vrai plus en terme d’ambiance. Que du bonheur pour les oreilles.

En conclusion, Les Enfants du Temps est un excellent film, qui parle d’amour, de maturité, de la place et du rôle de l’homme face à la nature, face à ses changements, de la place que les adultes trop formatés laissent (ou ne laissent pas) à ces enfants paumés, de la place que ces enfants veulent et doivent prendre, des choix qu’ils doivent faire pour tout de même avancer. C’est pour moi clairement l’œuvre la plus aboutie, la plus mature, de Makoto Shinkai, tout à fait dans la continuité de son œuvre que je ne peux que vous recommander dans son ensemble.

Vous savez quoi faire le 8 janvier ! 🙂

Sur ce, je vous souhaite à tous une excellente fin d’année, passez un bon réveillon et je vous dis à la semaine prochaine pour la suite du Petit Papillon 🙂 !

Bonne semaine à tous !

Publié dans Amazon, Animation, Anticipation, chansons, Cinéma, Coup de Coeur, Esotérisme, Fantastique, Fossoyeur de Film, Gael, Guillaume, Kimi no namae ha, La Dame au renard, Le Soir au fond des bois..., Les Enfants du Temps, Livre, Makoto Shinkai, Manga, Moi, Murmure d'une vie, Nouvel An, Nouvelle, Nouwel An, Nowel, Occultisme, Orages, Promo, roman, Romance, Science fiction, sorcière, Sous le sapin, Tranche de vie, Tsume, Une Histoire de famille, Your Name | 2 commentaires

Joyeux Noweeeeeeeeel !!! (Le Soir au fond des bois… – Une Histoire de famille 8)

Oh-oh-oh !!! Bonjour tout le monde !

Me voilà pour une petite news de Nowel même pas écrite en cata à la dernière minute en mode « aaaaaaaaaaaaaaaaaaahjesuistropenretaaaaaaaard », dis donc ! C’est que je deviens bonne !

Image by Dale Forbes from Pixabay

Bon, alors en vrai, je suis quand même pas assez en avance pour m’étaler trop, alors je vais me contenter de vous envoyer très vite retrouver des gens que vous aimez bien, en attendant de retrouver IRL des gens que vous aimez encore plus. 😉

Je vous souhaite un excellent Nowel à tous, profitez bien de vos proches et pas d’overdoses de chocolat, ayez pitié pour de vos foies ! ^^

A très bientôt pour de nouvelles zaventures !

Publié dans Anges, Démons, Devoir du Gardien, Esotérisme, Fantastique, Gael, Gay themed, Guillaume, La Dame au renard, Le Soir au fond des bois..., LGBT+, Merci !, mm, Moi, Murmure d'une vie, MxM, Noël, Nouvelle, Nowel, Occultisme, Orages, Romance, Romance MM, Romance MxM, shonen-aï, Sous le sapin, Sushi et Vodka, Tranche de vie, Tsume, Une Histoire de famille, Yaoi | Laisser un commentaire

En attendant Nowel… (Le Petit Papillon 01)

Salut les gens !

Alors, je suis en plein rush pour vous écrire une nouvelle de Nowel pas trop naze, mais j’ai réussi à me souvenir à temps que oups, on est samedi et re-oups, j’avais une histoire à commencer et rere-oups, mais mais mais cette histoire commence mal et n’est pas du tout dans l’esprit de Nowel !!! ^^’

Image by Gerd Altmann from Pixabay

Alors, je m’en excuse vraiment, je m’en suis rendue compte en la mettant au propre tout à l’heure… Donc euh voilà… Désolée et je vous autorise à aller manger du chocolat après la lecture ou à lire plus tard… ^^’

Bref, dans tous les cas, je vous laisse aller à la rencontre de Nathanaël, dans le premier chapitre du nouveau roman que nous allons partager : Le Petit Papillon.

Je vous rappelle aussi que le tome 2 d’Une Histoire de famille est toujours à 0,99€ sur Amazon, prix de lancement jusqu’au 31 décembre 🙂 !

Et je retourne cravacher, il va bien falloir ça si vous vous avoir de la lecture mardi !

A très vite ! Portez-vous bien d’ici Nowel !

Publié dans Gay themed, Le Petit Papillon, LGBT+, mm, Moi, MxM, Noël, Nowel, Promo, roman, Romance, Romance MM, Romance MxM, shonen-aï, Tranche de vie, Yaoi | Laisser un commentaire