News du 20/10/2013 (YYC3, Japan Touch 2013, conseils de lecture yaoi et yuri et Môme d’Alger 59 et 60)

Aujourd’hui dimanche 20 octobre 2013…

Bon, aujourd’hui, j’ai pas encore trop grand chose à vous raconter.  Du coup, je vais faire un petit point sur les mois à venir, les projets en cours et vous causer un peu de mes dernières lectures.

Prenons les choses avec ordre et méthode (genre je suis organisée… ^^’) :

Tout d’abord, je vous annonce ma présence, comme simple visiteuse et le dimanche seulement, à la troisième YaoiYuriCon, le 3 novembre prochain. N’ayant pas de stand cette année, pas de tome 3 à présenter, et ayant surtout été invitée à l’anniversaire d’un ami très cher le samedi, je juge que ma présence les deux jours n’est pas indispensable. Sachez cependant que les tomes 1 et 2, ainsi que quelques exemplaires des deux nouvelles que je vendais à la Japan Expo, seront en vente sur le stand d’Event Yaoi.  Si vous me cherchez le dimanche, vous me trouverez en cherchant une trentenaire pas épaisse avec un ornithorynque et un t-shirt du Chant des Drows. 🙂

Je ne peux toujours pas vous donner de date pour le tome 3, qui avance à son rythme. Comme je l’ai déjà dit, je tiens à ce qu’il soit bon et je prendrais donc le temps nécessaire pour ça.

Je serai par contre présente à la Japan Touch de Lyon, le WE du 30/11-01/12, sur le stand de l’Espace Lyon Japon, comme les années précédentes. Encore merci à Eric Filippi !  Je ne sais pas encore lequel des deux jours je ne serai que sur le stand, je vous en informerai quand je le saurai. Là encore, j’aurais les deux premiers tomes et les nouvelles.

Sinon, la fanfic avance tranquille elle aussi. J’espère vous en resservir une tranche très prochainement ! ^^’

Bien. Ces infos étant posées, je vous disais donc que j’allais un peu causer de mes dernières lectures…

On va un peu parler de yuri, pour commencer. 🙂

J’ai (enfin) fini cette semaine de lire la petite série Girl Friends de Milk Morinaga.. C’est vraiment sympa, assez drôle. Ce n’est pas une bluette mielleuse. Bon, on échappe pas à un peu de guimauve, mais sincèrement, la galerie de persos, les deux héroïnes comme les nombreux personnages secondaires, sont tous très  attachants, bien trouvés et bien menés. L’histoire est celle de Mariko, jeune fille très introvertie, qui se lie d’amitié avec Akiko, une de ces camarades de classe,  qui va s’employer à lui faire découvrir un peu la vie d’une ado plus à la mode et l’initier aux joies du shopping, mais surtout à l’amitié d’un groupe. Car autour des deux héroïnes gravitent pas mal de monde, et au-delà de leur histoire, c’est aussi un beau récit sur l’adolescence, l’évolution des gens et des rapports à ces âges, qui est montré. Bonne traduction, je ne crois pas avoir vu de fautes, bref, à lire.

Continuons un peu avec du yuri pour une trilogie très bien aussi, Pas à pas, de Kenn Kurogane.

Fye : Quoi, t’écris du yuri ?!

Kurogane : Non, non, c’est pas moi !

Désolée… J’ai pas pu la retenir…

Reprenons.

Cet(te) auteur(e) m’avait un peu déçue sur Shôjo Sect, mais là, je dois dire que j’ai été très agréablement surprise. Autant Shôjo Sect était une suite d’histoire de c** assez décousue et sans grand intérêt autre que d’occuper des nuits solitaires…, euh, pardon, je m’égare, autant Pas à pas est une vraie belle petite histoire d’amour toute mimi qui se lit très bien. ^^Otome, jeune adolescente, est récupérée par sa professeur Minato, car ses parents ne s’occupent pas bien d’elle. Et petit à petit et à travers leur vie ensemble, leur relation va doucement évoluer. C’est aussi assez drôle, bien écrit et bien  dessiné, rafraîchissant, je dirais.

À surveiller aussi la nouvelle série Candy, de Yufuko Suzuki. Je ne parle bien sûr pas de notre cruchotte blonde, mais bel et bien d’une des dernières parutions yuri de Taïfu, qui, décidément, a bien remonté la pente.  Je serai tentée d’expliquer ça par l’arrivée de nouveaux concurrents sur le marché, mais ce n’est pas le débat 🙂 ! Bref, le premier tome est très prometteur, drôle mais touchant, le dessin très beau, l’histoire commence certes de façon classique, mais y a du potentiel. À suivre donc !

Côté yaoi, …

Je regarde la pile des choses dont je voulais parler et je me rends compte qu’il y a que du Taïfu… Bon, alors, je jure solennellement que je n’ai pas d’action chez eux !!!

Seule la fleur sait commence à dater un peu, je sais. Cette trilogie de Rihito Takarai est, avec sa préquelle/séquelle Fleur et sens, une histoire elle aussi très belle, plutôt originale. Déjà, on passe à la fac, ça change des sempiternelles bluettes de collégiens/lycéens. Les deux garçons sont très crédibles, chacun dans leur genre, et leur histoire très bien menée, et sa conclusion est juste magnifique. J’aime également énormément le dessin de cette auteure, que je trouve admirablement beau et doux.

On change de registre avec Super Lovers de Miyuki Abe. Trois tomes en cours, mais trois très bons tomes. Là, on est loin de la bluette romantique. Je tiens à préciser, pour ceux qui en douteraient, surtout à la vue de la couverture du premier tome, que ce manga n’est pas un shôta. Si, effectivement, Ren a 8 ans au début de l’histoire, rien ne se passe entre lui et Haru, l’autre héros, et c’est justement tout l’enjeu de l’histoire de voir cet enfant grandir et leur relation évoluer au fil du temps. L’enfant sauvage et son aîné au caractère bien trempé sont à la fois très marrants et très bien foutus, le reste des personnages vaut vraiment le coup aussi. Bref, j’espère juste que la suite sera à la hauteur de ce début !

Pour finir, je vous avais parlé il y a quelques mois (dans ma news du 2 mars) de Saezuru Tori wa habatakanai, de Kû Yoneda. Sorti entre temps, je n’avais pas pris le temps de vous faire le compte-rendu. Rebaptisé Twittering Birds never fly, c’est un (presque) magnifique sans faute de Taïfu. Bon, pour la petite histoire, si quelqu’un peut m’expliquer cette manie des éditeurs français de traduire des titres japonais par des titres anglais, je serai curieuse de le savoir. Là où je dis que c’est un quasi sans faute, c’est bien parce que j’en  ai relevé une. Mais bon, la traduction est très bonne, j’ai vraiment retrouvé l’ambiance des scans anglais, Yashiro et Dômeki sont réellement très touchants, et je tire vraiment mon chapeau à cette auteure pour avoir réussi à rendre un personnage aussi pervers et dépravé que Yashiro aussi poignant.  Kû Yoneda sera à la Toulouse Game Show le WE du 30/11-01/12. Je n’y serai pas, à mon grand désespoir, car ça aurait réellement été un honneur pour moi de remercier cette dame pour son œuvre. J’ai confié cette mission à une amie qui y sera. ^^

Bon, ce blabla fort long étant achevé, et espérant que tout ça vous occupera en attendant le tome 3, ou le prochain chapitre d’Après, je vous offre aussi aujourd’hui deux chapitres du Môme d’Alger. Je sais, j’avais dit que je le ferai plus, mais là le 59 était vraiment très court… Je suppose que vous n’allez pas vous en plaindre ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.