Une autre histoire de famille (Spy x Family)

Salut les gens !

Alors j’avoue que j’ai failli vous oublier… Oups. Vous avez eu chaud !

Du coup, après quelques heures à me demander de quoi vous causer (parce que euh, non, je n’ai pas du tout eu le temps de finir Cœur de métal), je me suis dit qu’autant finir l’année sur une bonne note, un truc sympa, marrant, et je vous parlerai donc du Requiem du Roi des Roses une autre fois (oui, j’ai enfin pris le temps de lire cette série, qui est excellente, mais niveau positif et joie de vivre, on repassera ^^’), car aujourd’hui, on va parler d’une comédie d’espionnage très sympathique ! 🙂

Spy x Family est un manga de Tatsuya Endo et je ne peux pas vous exprimer ma joie lorsque je l’ai vue licenciée par Kurokawa. Je connaissais en effet cette série depuis ce printemps, sur les conseils de mon amie Ashaton, que je remercie au passage ! Et savoir qu’on allait l’avoir en français, c’était une très bonne nouvelle. Et les bonnes nouvelles, il en faut, surtout en ce moment ! 🙂

Reprenons donc.

Le pitch de base est assez délirant en soi : dans un environnement indéterminé, mais clairement inspiré de l’Europe de l’Est, la guerre couve entre deux pays et l’un d’eux envoie donc son meilleur espion, Twilight, avec pour mission d’approcher un leader politique beaucoup trop favorable à la guerre pour le bien de tous.

Problème : cet homme ne se montre que lors des rencontres de parents de l’école où vont son fils. Corolaire : cette école est la plus élitiste du pays. Et Twilight est un solitaire, ne s’y connaissant pas plus en enfant qu’en vie familiale en général. Pour couronner le tout, il n’a qu’une semaine pour se constituer une famille.

Il n’a pas tant de mal à trouver une enfant. Dans un orphelinat, il rencontre Anya, adorable petite demoiselle qui fait tout pour qu’il l’emmène, car elle est télépathe (échappée d’un labo) et l’entend donc penser qu’il est un espion en mission. Il l’adopte donc sans se douter de ses capacités.

C’est un peu plus tard, chez la tailleure, que l’espion et sa petite protégée croisent la route de Yor, elle-même en proie à de sérieux soucis. En effet, être célibataire à son âge est très mal vu, voire suspect, et elle désespère de se trouver un mari. Il faut dire que pour ne rien arranger, elle mène une double vie qui l’occupe pas mal, puisqu’elle est tueuse à gages la nuit…

 Se faisant passer pour un veuf éploré souhaitant plus que tout réaliser le dernier vœu de sa défunte épouse, à savoir que leur fille soit admise dans la fameuse école, Twilight parvient donc à convaincre Yor de faire avec lui un mariage blanc. La demoiselle accepte, émue par cet homme et son histoire, attendrie par Anya et heureuse de pouvoir enfin bénéficier d’une “couverture” sociale acceptable.

Voilà donc nos trois larrons unis pour le meilleur et pour le pire, chacun cachant avec soin ses petits secrets aux autres… 

Le plus dur les attend cependant : réussir le concours d’admission, mais surtout, peut-être, devenir une vraie famille.

Alors pour avoir lu bien plus que les deux tomes parus, je peux dire sans trop de risque que Spy x Family est (en tout cas jusqu’au chapitre 28) une excellente série, très drôle, bien menée, avec  des personnages attachants dont on se demande vraiment comment ils vont réussir à se sortir de leur bourbier (personnel et commun)… ^^’

Bref, une belle petite série qui donne le sourire, qui fait du bien, à lire donc, car c’est une preuve que tout n’était pas à jeter en 2020 ! 🙂

Sur ce, je vous souhaite de bien finir l’année et vous dis à la semaine prochaine pour la suite du Petit Papillon ! 🙂

Ce contenu a été publié dans Bande dessinée, BD, Coeur de métal, Coup de Coeur, Espionnage, Humour, Livre, Manga, Nouvel An, Nouvelle, Nouwel An, Polar, Spy x Family, Tranche de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.