Un peu de calme… (Le Petit Papillon – 62)

Salut les gens !

Alors je m’excuse platement, telle une crêpe (c’est presque encore de saison), car vu la semaine que j’ai passée, entre courir partout et dormir le reste du temps pour m’en remettre… Ben j’ai encore pas grand chose à vous raconter ^^’ !

Le dernier film que j’ai été voir, à savoir Nightmare Alley, le dernier Guillermo del Toro, ne m’a pas suffisamment embarquée pour que j’ai envie de vous en causer plus que ça.

Pour m’être un peu renseignée dessus, toutes les qualités qu’on lui attribue me semblent parfaitement justifiées (très belle photo, très bonne réal, excellent jeu d’acteurs, même un possible discours meta sur le cinéma et/ou Del Toro lui-même). Vraiment, ce film est techniquement réussi, mais un peu comme pour Belle, dont je vous avais parlé il y a quelques semaines, il souffre pour moi de sérieux soucis dans sa narration. Je l’ai trouvé trop lent, trop prévisible (même si je peux entendre que c’est le genre qui veut ça), et franchement, je me suis un peu ennuyée, en plus de trouver la fin mal gérée. Je ne vais pas spoiler, même si, encore une fois, on voit venir la chute gros comme une baraque, mais justement, notre protagoniste ne m’a pas semblé à ce point “mal” qu’il accepte ce qui lui arrive sans rien tenter…

Bref, bof, mais si vous adorez ce réalisateur et que l’inéluctabilité du destin/scénar ne vous pose pas de souci comme spectateur/trice, vous ne passerez surement pas un mauvais moment.

Sinon donc, pas grand chose à vous dire…

Vu le marasme ambiant, je voulais juste vous partager deux choses.

Déjà ça, en réponse à une affaire qui m’a fait me désespérer que l’obscurantisme grandissant de notre chère Église, ou comment deux gosses se retrouvent menacés de mort pour avoir “blasphémé” (mais après, c’est les Musulmans qui sont trop des méchants arriérés, hein), moi je voulais juste partager ça… Faites-en ce que vous voulez.

Et pour ceux qui l’ignorent, mon père était diacre et ma mère a enseigné le catéchisme pendant 20 ans. Donc, même si je ne me considère plus comme catholique depuis longtemps, estimant que l’entité que nous appelons “Dieu” par facilité de langage doit être bien loin au dessus de ces clivages qui ne nourrissent que la haine, je ne suis pas anticléricale, j’aime juste pas les gens qui se planquent derrière des livres qu’ils n’ont pas lu ou de travers pour justifier une haine que leur religion condamne sans autre forme de procès, elle.

Mais fi de tout ça, et finissons sur un peu de mignonnitude :

Et j’en oubliais le chapitre !

Vous voyez où ça mène, ce bazar !

Allez, voici donc le chapitre 62 du Petit Papillon, en espérant que ça vous plaise ! 🙂

Je vous souhaite une excellente semaine à tous et toutes et encore une fois, serrons-nous les coudes au lieu de nous déchirer, soyons plus forts que nos peurs. Nous le pouvons tous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.