News du 06/02/2014 (Black Sun et Môme d’Alger 2- 14)

Aujourd’hui dimanche 16 février 2014…

Aaaah enfin une journée pyjama, ça me manquait presque dis donc ^^ ! Qu’il est bon d’avoir un petit dimanche tranquillum chez soi à buller !

Eh oui c’est une des joies de travailler : retrouver le plaisir des WE et des vacances, et cela dit sans aucune ironie (non mais vraiment en plus). Et pour info, je conseille à tous les gens qui pensent que corriger des notices bibliographiques, c’est ch**** de venir voir notre boulot, parce que vu le bazar que c’est, c’est limite une enquête approfondie toutes les 3 notices et croyez-moi, ça occupe et ça empêche vraiment ce boulot d’être pénible et répétitif ^^’ !

Cette semaine, j’ai décidé de vous causer de Black Sun d’Uki Ogasawara. Série en tome dont j’ai enfin acquis la fin vendredi. Alors prenons les choses dans l’ordre : j’adore vraiment le dessin de cette auteure. Ses mecs sont magnifiques, les décors très sympa aussi, bref, visuellement, c’est du très très beau boulot. mais j’avais déjà admiré son travail sur Nightmare Fortress, à mon grand désespoir inachevé (même si perso j’ai très vite pigé le fin mot de l’histoire).

Niveau scénar,… Il se lit, c’est pas désagréable. Bon, par contre, juste un détail : je suis tout à fait d’accord avec Alexandre Dumas, “On peut violer l’histoire à condition de lui faire de beaux enfants.” Il ne s’en est pas privé, et si vous avez lu Le Môme d’Alger, vous savez que ça m’est aussi arrivée o:-). Là, cela dit, on est quand même un peu face à un viol prémédité avec violence, hein… Alors, je sais, y a sûrement qu’une médiéviste de mon genre que ça fait rigoler, m’enfin envoyer des croisés se battre contre des janissaires,… C’est quand même un très bel anachronisme… Et on voit bien un très sympathique mélange de choses très vraies (comme le fait que les janissaires étaient effectivement des esclaves enlevés enfants par les autorités ottomanes parmi les peuples de leur empire), et de purs fantasmes, déjà les armures ^^’, le confrontation avec l’idéal croisé (sic) et la réalité, ou encore le fait que le général ait des problèmes pour avoir fait d’un prisonnier son amant, alors que par définition les prises de guerre, je pense pas que les sultans en avaient grand chose à faire de ce que leurs généraux en faisaient… ^^’…

Bref, je conseille quand même, c’est à lire, c’est sympa, joli et plaisant, après, après, à ne surtout pas prendre au 1e degré, surtout niveau historique, vous l’aurez compris.

Allez, un petit chapitre 14 du Soleil d’Al-Ruh. Bonne lecture 🙂 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.