News du 4/03/2014 (Soleil d’Al-Ruh 17 et Ralf König)

Aujourd’hui dimanche 9 mars 2014…

Youpi il fait super beau et ça va encore durer quelques jours !!!

Je sors le nez de ma traduction un petit moment afin de venir vous causer un peu.

J’espère que ça va… Moi tranquillum comme un dimanche 🙂 !

J’ai enfin emprunté quelques bouquins à la bibliothèque, pas trop tôt puisque ça fait un mois que j’y bosse, mais bon, le temps que j’y pense, que je fasse refaire ma carte et que je trouve un soir pour y aller ^^’… Voilà quoi…

J’ai donc été voir le rayon manga-bébé (oui, oui, je sais, rien d’original…), et trouvé quelques bricoles sympas, dont plusieurs Ralf König que je n’avais pas lus, et ça m’a donné le thème de ma news de cette semaine !!

J’ignore si vous connaissez cet auteur de BDs gays allemand, que personnellement j’aime beaucoup.

J’ai découvert cet auteur ado, avec sa BD La Capote qui tue. Ma mère avait été un peu sceptique à l’époque… ^^’ Je garde un bon souvenir de cette enquête complètement barrée où un flic gay poursuivait une capote pourvu de grandes dents… ^^’

La Capote qui tue

Ralf König a un dessin très proche de celui de Claire Brétecher (d’ailleurs j’ai aussi pris l’intégral des Frustrés d’elle), un humour décapant et des délires juste fabuleux !

Je vous présenterai principalement deux titres de lui : Iago et Lysistrata.

Iago

Iago est pour moi un chef d’œuvre pour plusieurs raisons dont une très simple : c’est un fabuleux pastiche de Shakespeare et j’adore Shakespeare. 😀

L’histoire se passe à Londres, dans la troupe de Shakespeare himself, où un comédien, Tom Poope, vit une idylle avec un grand black, Gronzo. Mais ce dernier a la fâcheuse manie de baiser tous les blonds qui passent et en particulier Augustin Phillips, un collègue de Tom, qui, jaloux comme un pou, va monter un plan diabolique pour briser la fameuse idylle, d’autant que trois sorcières lui ont prédit la gloire…

Alors, nous avons là, pour la trame, un petit cocktail de Roméo et Juliette, Macbeth, Le Songe d’une nuit d’été, Hamlet, Othello, agitez bien et servez frais, merci, mais si on en croit la liste des répliques et des références à la fin de l’album, c’est en fait une quinzaine de pièces et au moins autant de Sonnets que cite Ralf König tout au long des 182 pages de sa bédé (j’aime bien écrire BD comme ça ^^).  Bref, l’hommage d’un véritable amoureux grand connaisseur de l’auteur qu’il cite, avec sa propre vision et surtout son humour, qui en font une BD longue, riche en rebondissements (boïng boïng), bourrée d’anachronismes pour notre plus grand bonheur. Franchement à lire, et croyez-moi, vous ne verrez plus jamais Roméo et Juliette de la même façon ^^ !

Lysistrata

Continuons avec Lysistrata, qui est à la base une pièce antique d’Aristophane. Je la connaissais pour avoir pas mal écumé le rayon théâtre de la biblio universitaire quand j’y bossais. La pièce de base est une merveille.  Vous allez me dire, oh non encore une tragédie déprimante… Ben, c’est une comédie, déjà, et avec un thème encore très actuel. Je vous résume en une phrase : exaspérées que leurs maris passent leur temps à se faire la guerre, les femmes grecques se mettent à faire la grève du sexe pour les forcer à faire la paix !

Si.

Plutôt modernes, les Anciens, non ?

Sur ce coup-là, Ralf König respecte la pièce, qui, il faut l’admettre, se suffit largement à elle-même. Mais son dessin étant souvent gagesque, ça ne peut que rajouter une couche d’humour sur un texte déjà bien drôle, d’autant qu’on a là une traduction moderne et donc pas du tout pompeuse !

Bon, je vais devoir arrêter là car j’ai un truc poilu qui vient de se coucher entre moi et le clavier… Ça rend la frappe un peu dure…

Allez, le petit chapitre de la semaine : chapitre 17 du Soleil d’Al-Ruh !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.