News du 15/06/2014 (Edge of Tomorrow et Soleil d’Al-Rûh 30)

Aujourd’hui dimanche 15 juin 2014…

Ouais, je sais, il est tard, désolée, j’étais de fête des pères aujourd’hui…

Sinon, désolée bis, je ne peux toujours pas vous dire à quel stand je serai à la JE… Je devrais, cela dit, vraiment pouvoir très vite, je ferai une mise à jour ou une annonce sur face de bouc dès que possible.

J’y suis hein, y a pas de souci, je sais même où, avec qui, quand, à quel hôtel le soir, et tout, simplement, je ne peux pas encore le dire passeu sinon je vais me faire gronder.

Sinon, aujourd’hui, je voulais vous causer du dernier film que je suis allée voir, vendredi soir en VF (ouin), Edge of Tomorrow.

Edge-of-Tomorrow-Affiche-Finale-USA
Ça sentait pas la subtilité, a priori…

Alors…

J’avais trouvé le trailer assez cool, et en fait, l’enthousiasme de Durendal, celui de Benzai, et pour finir celui de mes amis Joe et Gally, qui ont remis le couvert pour m’accompagner, d’ailleurs, et je les en remercie, ont achevé de me convaincre.

C’est plutôt du très bon.

J’admets, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans le film, pour une raison que j’évoquerai dans un instant, mais après ça roule et c’est juste du bonheur. Je n’ai pas lu le roman originel, mais ça ne va sûrement pas tarder… Cette critique concerne donc le film seul.

Dans un futur proche, la Terre est envahi par de méchants aliens blablabla. L’histoire est celle de William Cage, officier chargé de la propagande militaire, qui, à la veille de la super-bataille-qui-doit-tout-décider-du-sort-du-monde, à savoir un débarquement en Normandie (si, si), se voit convoquer par le général en chef des armées qui le charge de couvrir ça. Cage décline, le général insiste, ça tourne un peu comme ça :

“C’est un ordre !

– Ben ouais mais non.

– Si, si.

– Non, mais en vrai je sais pas me battre… J’ai pas envie… Demain j’ai poney…

– M’en fous ! C’est moi le chef ! Grr grr !”

Pas très diplomatiquement arrêté, notre gros lâche (parce que oui, ça fait un peu ça quand même) se réveille quelques heures plus tard au grand camp où les troupes se préparent au-dit débarquement. Considéré comme déserteur, il se retrouve envoyé au combat le lendemain sans sommation.

Pif paf boum pan pan !!!
Pif paf boum pan pan !!!

Et honnêtement, c’est ça qui m’a chiffonnée. Je m’explique.

À quoi ça sert d’envoyer un total incapable dans une bataille capitale sans même le former sur les base ?! Ce gars ne sait pas se battre, son exo-squelette, visiblement, n’a même pas été configuré, bref, OK, besoin de chair à canon, punition pour ne pas avoir voulu obéir docilement à son général, j’admets. Mais pour moi, c’est juste un non-sens. Un boulet sur le champ de bataille, c’est inutile et dangereux, pour lui-même et surtout pour ses camarades. Et dans une bataille aussi primordiale, ça craint !

J’en ai conclu que le général était un con et ça a fini par passer…

Pendant la bataille, notre petit boulet ne sachant donc rien, et puisque personne, en plus, ne lui explique rien (des fois que débloquer la sécurité de son arme, ça servirait…), il meurt fatalement assez vite, en réussissant tout de même à tuer un alien. Et il se réveille au grand camp où les troupes se préparent au débarquement… la veille.

D’abord un peu perdu, il comprend assez vite qu’à chaque fois qu’il meurt, il se réveille à ce moment-là. Il essaye d’avertir ses camarades, mais bien sûr, personne ne le croit. Du coup, il revit ce jour en essayant de sauver qui il peut… Et son attention se porte particulièrement sur une soldate d’élite, héroïne de la bataille précédente, Rita Vrataski.

Edge-of-Tomorrow-Emily-Blunt
Le genre de femme qui doit pas trop se faire emmerder dans le métro…

Voulant la sauver lors de son on-ne-sait-pas-combientième combat, en butant magnifiquement tous les ennemis qui menaçaient, puisqu’il a eu l’occasion de s’entraîner, elle le regarde et lui dit juste, avant l’explosion qui va les tuer tous les deux, de venir la voir à son réveil.

Après d’être rererererererererere… réveillé la veille blabla, il fausse donc compagnie à sa division pour la rejoindre.

images2
La demoiselle s’entraîne dur, en bonne soldate.

“Qui vous a dit de venir me voir ?

– Ben, vous… Demain…

– Ah.”

La demoiselle a eu, et perdu, le même pouvoir que lui, et lui explique donc qu’il n’a qu’une seule façon de sortir de la boucle : gagner la guerre.

La suite est donc la recherche du comment y arriver, sachant que donc, lui garde les souvenirs de tout ce qui se passe, mais pour elle, et d’autres, ce n’est pas le cas. Chaque reboot est un recommencement, ce qui permet de gérer très simplement la boucle temporelle : on efface tout et on recommence.

On n’a aucune indication du nombre de fois que Cage “renait”. On comprend souvent qu’il revit parfois trop souvent certains évènements, et il devient donc, pour le coup, un soldat plutôt très bourrin. Ça donne des situations parfois vraiment touchantes, car on voit bien qu’au fil du temps, lui tombe amoureux d’elle, qui ne se souvient pas de tout ce qu’ils vivent…

edge-of-tomorrow-2
“Un p’tit reboot, chéri ? – Oh, allez, plus à ça près… A hier…”

L’explication du pouvoir, comment on l’a, comment on le perd, qui que quoi donc où, mais où est donc Ornicar, tout ça, est plutôt bien expliqué, crédible. Je n’ai pas vu de grosses incohérences, à part à la limite celle que je soulignais sur le début.

Les acteurs sont plutôt bons, c’est très drôle, car les renaissances en boucle permettent des morts assez cartoonesques parfois, et dédramatisées de fait par le réveil qui suit. Les effets spéciaux sont juste, ben on les voit même pas tellement c’est bien. Sans vous spoiler, il y a une scène dans Paris en ruine, de nuit, qui est juste magnifiquement bien faite. La réalisation est bien aussi, le montage très pêchu, et la fin, certes un peu attendue, mais non, je ne l’ai pas trouvé incohérente non plus, et puis ça nuit pas.

Bref, c’est vraiment bien. Pas aussi incisif qu’un Starship Troopers, certes, mais tout de même assez subtil pour satisfaire un public qui demande un peu plus que d’en prendre plein la vue avec un scénar qui tient sur un post-it. Je le conseille donc.

Sinon, après ce long blabla cinématographique, voici le chapitre 30 du Soleil d’Al-Ruh. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.