Pendant ce temps… (Ce qu’il n’est pas + Le Petit Papillon – 11)

Salut les gens 🙂 !

J’espère que ça va toujours pour vous… Moi je continue de tenir bon et j’ai enfin rĂ©ussi Ă  m’amĂ©nager un petit coin « salon » sur ma terrasse pour pouvoir me poser Ă  l’air pour bouquiner, Ă©crire ou dessiner tranquille… Il faut dire qu’en revenant de mes courses mardi, j’ai trouvĂ© une jolie chaise en fort bon Ă©tat dans ma rue, preuve que mes voisins jettent vraiment n’importe quoi, ce qui n’est pas une nouvelle, cela dit…

Donc, avec elle et une vieille table basse qui prenait la poussière depuis le déménagement, ben voilà, petit coin installé !

Sinon, en plus du chapitre du jour, et histoire de causer un peu, je voulais vous donner un petit conseil de lecture. Si vous vous en souvenez, je vous avais parlĂ© il y a quelques mois… Ah oups, mars 2019… Bon, il y a un peu plus de quelques mois, d’un diptyque, Celle que je suis, de Bingo Morihashi, rĂ©cit d’un homme qui se dĂ©couvrait femme.

Les Ă©ditions Akata, Ă  qui on devait ce manga en français, publie donc en ce moment une autre Ĺ“uvre de cet auteur, un roman cette fois, Ce qu’il n’est pas, (Kono koi ni mirai wa nai en VO, litt., « cet amour n’a pas d’avenir »), 6 tomes en cours au Japon, 3 en France, sachant que je n’ai lu que le premier pour le moment et que je ne sais pas trop quand je pourrais lire la suite, puisque je me refuse Ă  les commander (je suis contre le fait d’exposer des livreurs Ă  des risques en dehors des livraisons vitales) et Ă  les acheter en dĂ©mat’, ils sont un peu chers puisque je les achèterai en brochĂ© de toute façon.

Bref, gardez en tête que je ne parle que du tome 1, en gros la mise en place du récit et des personnages.

Nous y dĂ©couvrons ShirĂ´, jeune homme sur le point de quitter Tokyo pour aller au lycĂ©e Ă  Hiroshima, en pension. Vivant avec trois sĹ“urs et une mère qui l’oppriment, le traitant en larbin et le rabaissant sans cesse, il a fait des pieds et des mains pour intĂ©grer cette Ă©cole « aux mĂ©thodes novatrices », dans l’unique but de leur Ă©chapper.

ShirĂ´ arrive donc tout content de sa libertĂ© nouvelle et une surprise de taille l’attend. Son compagnon de chambre au pensionnat, Mirai, est un homme transgenre (pour ĂŞtre claire : un homme dans le corps d’une femme). Un peu sceptique au premier abord, ShirĂ´ va cependant accepter de garder le secret et de soutenir Mirai.

Les deux jeunes gens deviennent amis, Mirai heureux de ce soutien et d’avoir un confident, ShirĂ´ plus troublĂ© par cette personne Ă©trange, cet homme qui n’en est pas vraiment un… Qui n’est pas une femme, en tout cas, mĂŞme si cette femme serait peut-ĂŞtre celle qu’il voulait.

Ce livre est touchant, car c’est une succession de scènes de vie, quotidienne, que ShirĂ´ nous raconte avec simplicitĂ©. Sa vie, le lycĂ©e, sa famille, les copains, les filles, ses choix et ses doutes, et Mirai, qu’il essaye de comprendre, de soutenir, sans se rendre compte de la pente sur laquelle il glisse.

C’est aussi une belle dĂ©claration d’amour Ă  Hiroshima. La ville, ses particularitĂ©s culturelles, en particulier son patois ou sa cuisine, sont bien mis en avant. Ah, les descriptions d’okonomiyaki font envie !!

Surtout quand on rĂ©dige sa news Ă  18h40…

Mais il y a, Ă  mon goĂ»t, des choix de traduction un peu discutables pour le patois. J’avoue qu’autant les choix de vocabulaire ne m’ont pas gĂŞnĂ©e, autant faire parler certains personnages comme d’autres font parler des vieux paysans du fin fond de la France profonde m’a profondĂ©ment dĂ©rangĂ©e. Dans le sens oĂą j’ai trouvĂ© qu’en français, ça leur donnait un cĂ´tĂ© un peu « bĂŞta » qui n’a pas lieu d’ĂŞtre. En plus, ce n’est pas appliquĂ© Ă  tous les personnages de la ville, ce qui crĂ©e encore un dĂ©calage curieux… Surtout face au parler très (trop) littĂ©raire des TokyoĂŻtes.

Mais bon, je peux comprendre que le traducteur ait galĂ©rĂ© sur ça et je n’ai aucun doute sur le fait qu’il a rendu comme il pouvait, et aussi bien qu’il pouvait, les diffĂ©rences entre le japonais d’Hiroshima et celui de Tokyo. Ça ne nuit de toute façon pas tant au rĂ©cit, il s’agit de personnages secondaires.

En conclusion, Ce qu’il n’est pas, tome 1, est une introduction des plus prometteuses Ă  une histoire intĂ©ressante, avec des personnages touchants et attachants, bien construits, des jeunes gens qui se cherchent, chacun Ă  leur façon. A lire si ces thĂ©matiques vont intĂ©ressent, bien sĂ»r. Moi en tout cas, je suis pressĂ©e d’avoir la suite ! 🙂

VoilĂ  voilĂ .

Sur ce, je vous laisse avec Adel et Nathanael qui apprennent à se connaître tranquillum, dans le chapitre 11 du Petit Papillon.

Bonnes Pâques à ceux qui le fêtent, bonne semaine à tous, restez chez vous si vous pouvez et courage dans tous les cas !

Ce contenu a été publié dans Adel, Ce qu'il n'est pas, Celle que je suis, Cloches, Coup de Coeur, Gay themed, Japon, Le Petit Papillon, LGBT+, Livre, Manga, mm, Moi, MxM, Nathanael, Papillon, Pâques, Promo, roman, Romance, Romance MM, Romance MxM, shonen-aï, Tranche de vie, Yaoi. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.