A la vôtre ! (Drunk)

Salut les gens !

Merci beaucoup à mes Tipeurs, Shinigami, 0TitAnge0, Eric, de leur soutien ! Le chapitre 43 du Petit Papillon les attend sur la page dédiée ! 🙂 N’hésitez à pas venir aussi me soutenir pour avoir le chapitre en avance et d’autres cadeaux selon vos dons !

Sinon, je vous signale aussi ma présence balbutiante sur Twitter, donc si vous voulez m’y suivre, ben merci, n’hésitez pas… Bon, pour le moment, je débute, mais je vais faire des efforts.

N’hésitez pas non plus à aller lire mes petits Courts du Jour, ici, sur Discord ou sur Facebook ! 🙂

Bon, allez, passons au sujet du jour : picoler peut-il aider des personnes mal dans leur peau à aller mieux ? Vous avez 1h57.

Ah bon sang, je l’ai attendu, celui-là, priant pour qu’il ressorte à la réouverture des salles ! ^^ Merci beaucoup à mon amie Yakouta de m’avoie accompagnée. 🙂

What a life, what a night, what a beautiful ride et surtout what a wonderful movie !

Drunk, donc, ou Another Round de son titre international bien plus porteur de sens à mes yeux, est un film danois de Thomas Vinterberg, cinéaste reconnu dont j’admets n’avoir vu aucun autre film. Dans le rôle principal, mon Danois préféré du monde, Mads Mikkelsen, effectivement magistral, mais fuck les gens (dans le respect et le consentement, hein), sérieusement ?

Tout le casting est magistral !

Tous les acteurs sont excellents, du premier au dernier, même les enfants sont bluffants, big hug au petit binoclard (ceux qui savent comprendront). Alors, ce n’est pas moi qui vais vous dire que Mads Mikkelsen n’a pas génocidé tous les écrans de ciné sur lequel le film est passé tellement il les a crevés, mais la direction d’acteurs de ce film dans son ensemble est vraiment un parfait sans faute. Bravo à tous !!

Bon, petit note préventive avant qu’on aborde le gros du sujet, vu le thème du film.

Je comprends, et respecte sincèrement, toutes les personnes que ce film a pu mettre mal à l’aise ou déranger au vu de sa thématique et de son traitement. Parler d’alcool de cette façon, sans dire ni que c’est génial ni que c’est pô bien, était vraiment très casse-gueule, un travail d’équilibriste de haute-volée. De mon point de vue, c’est réussi, parfaitement maîtrisé, et il n’y a pas d’ambiguïté sur le message du film. Que des personnes ayant d’autres ressentis, d’autres vécus sur les problèmes d’alcoolisme ou d’addictions en général aient pu ne pas le recevoir ainsi et l’interpréter différemment est normal et je le respecte.

Pour information, aucune goutte d’alcool n’a été consommé sur la plateau. Mads Mikkelsen a expliqué dans une interview qu’ils s’étaient filmé après avoir bu deux verres pour avoir une base en terme de diction et de gestuelle et qu’ils avaient regardé beaucoup de vidéos de gens bourrés sur YouTube pour le reste. ^^ Ah, la magie d’Internet !

Ceci étant posé, revenons à nos moutons danois. 

Lorsque le film commence, on découvre une joyeuse bande de jeunes gens lors d’une après-midi/soirée bien arrosée, mais dans une ambiance festive et très sympathique.

Puis, nous rencontrons nos quatre personnages principaux, Martin (Mads Mikkelsen), un prof d’histoire marié et père de deux jeunes ados, Tommy (Thomas Bo Larsen, vraiment touchant), prof de sport, vieux garçon, Nikolaj (Magnus Millang), prof de psychologie (je crois ?), dépassé par sa vie familiale et ses trois très jeunes enfants, et Peter (Lars Ranthe), prof de musique célibataire, personnage plus effacé et introverti.

Qu’ont donc en commun ces quatre hommes entre 40 et 50 ans, à part d’être amis et collègues dans le même lycée ? Ben ils sont coincés dans une routine qui les plombent, des vies ou des absences de vies familiales qu’ils ne savent plus par quel bout prendre, pas plus qu’ils ne ne savent plus trop quoi et comment enseigner à des jeunes aux portes du bac, donc à un moment capital de leur jeunesse. Martin ne voit plus sa femme Anika (Maria Bonnevie, excellente aussi) qui bosse de nuit, ses fils le calculent à peine, on ressent parfaitement son mal-être de ce train-train qui le flingue à petit feu.

C’est alors que les quatre amis se retrouvent pour fêter les 40 ans de Nikolaj, et où on ressent cette bouffée d’oxygène qu’est pour eux leur amitié au milieu de leur marasme, que vient dans la conversation la théorie d’un psychiatre norvégien (réfutée par ce dernier) selon laquelle il manquerait à l’être humain 0,5g d’alcool dans le sang pour être au top. Si ça les amuse sur le coup, mais sans plus, Martin, plus dépressif qu’il ne le croit, va essayer, quelques jours plus tard, et effectivement, parvenir à regagner l’attention de ses élèves et se remotiver pour essayer de renouer avec les siens.

Ses amis vont donc suivre le mouvement… Pour le meilleur et  pour le pire.

Car vous vous en doutez, bien sûr que non, l’alcool n’est pas la solution de leurs problèmes. Même s’ils se sont promis de faire ça “scientifiquement”, avec des règles, les choses ne pouvaient pas ne pas déraper. C’est donc là que se trouve pour moi tout le nœud de l’histoire et c’est pour ça que non, ce film n’est pas une apologie de la picole : l’alcool n’est pas la solution à leurs problèmes, c’est la seule qu’ils trouvent pour tenter d’en sortir, et c’est ça, la nuance à ne surtout pas perdre de vue pour bien appréhender ce que ce film raconte.

Car pour autant que cette “expérience” leur permette de regagner confiance en eux, de parvenir à les remotiver au niveau professionnel, d’aider vraiment leurs élèves à progresser, à réussir, tout ça n’est pas sans lourde conséquence sur d’autres choses…

Alors, ce film est beau, touchant, poignant, drôle, grave quand il le faut, sobre quand il le doit, magnifiquement joué, incroyablement maîtrisé dans sa réalisation, et qui n’a en fin de compte qu’une chose à dire : qu’il n’est jamais trop tard pour reprendre sa vie en main, pour se relever, malgré tout, même si ce n’est pas facile, même si on peut prendre des routes foireuses pour y arriver. Parce que quand rien ne va, ben, on prend les routes qu’on peut… Mais que la vie vaut d’être vécue, célébrée, et mérite qu’on ne la lâche pas.

Drunk, c’est le parcours d’un quinquagénaire perdu qui reprend sa vie en main, comme il peut, maladroitement, avec des réussites et des échecs, mais l’homme triste est bien loin de celui qui finalement, se jette à l’eau pour aller de l’avant, dans un final aussi incroyable sur la forme que fort sur le fond.

C’est un film de funambule qui parvient à n’être ni moralisateur ni inconséquent, juste une belle histoire d’amitié, un bel hymne à la vie, une œuvre profondément touchante et humaine.

A voir donc, si, comme toujours, ça vous intéresse.

En attendant, je vous dis à la semaine prochaine pour ceux qui n’ont pas droit au chapitre aujourd’hui, prenez soin de vous et j’attends vos avis dans les comm’ ! 🙂

 

 

Ce contenu a été publié dans Adel, Another Round, Cinéma, Coup de Coeur, Drunk, Le Petit Papillon, Mads Mikkelsen, Moi, Nathanael, Tranche de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.