Une histoire d’écailles (White Snake – le Petit Papillon 63)

Sssssalut les gens !

Alors avant tout chose, un petit mot de remerciements à Axel Lattuada et toute la team de Et Tout le Monde S’En Fout.

J’ai eu l’immense bonheur de voir leur spectacle hier soir et franchement, ça faisait longtemps que je n’avais pas autant ri, que je n’avais pas passé un aussi bon moment, plein de positif, plein d’espoir dans ce bordel, et PUTAIN CA FAIT DU BIEN !!!

Alors, même si j’ai pu le dire à notre brave Axel en direct après le spectacle, merci à lui, à toute l’équipe, et tout mon soutien pour la suite de leurs aventures ! 🙂

Sinon, la semaine dernière, je voulais vous causer d’un film d’animation passé quasi inaperçu chez nous et c’est fort dommage, à savoir le très beau et sympathique White Snake.

L’histoire commence alors qu’après 500 ans de méditation, une femme ne parvient pas à atteindre l’immortalité. Elle sent, sans comprendre quoi, que quelque chose lui manque et la retient.

Sa sœur, très inquiète, va alors lui donner, ou plutôt lui rendre, une broche, afin de réveiller la mémoire qu’elle a elle-même enfouie…

Un demi-siècle ans plus tôt, une jeune démone-serpent, Blanka, est envoyée éliminer un dangereux sorcier taôiste qui draine l’essence des siens pour augmenter sa puissance. Vaincue, c’est sous la forme d’une jeune femme que Blanka tombe dans la rivière, et qu’elle est retrouvée, inconsciente et amnésique, par le jeune Xuan, habitant un village de chasseur de serpents, servant donc sans savoir pourquoi l’ennemi de la belle. Xuan décide d’aider l’inconnue à retrouver qui elle est… Ils partent alors en quête d’indices, dans un monde peuplé de créatures fabuleuses (mention spéciale à la petite renarde ^^), alors que les sorciers, comme les autres démons, sont sur leurs traces…

Ce film est une petite perle de beauté et de poésie qui aurait vraiment mérité plus de pub et de succès chez nous.

Si j’ai lu de sa suite (Green Snake, que je n’ai pas vu) que c’était de la propagande anti-tibétaine passeu les méchants étaient des bouddhistes, ben, on pourrait dire de celui-ci que c’est un pamphlet anti-taôiste vu que ces derniers sont présentés uniquement comme des sorciers malfaisant, capables du pire pour assouvir leur désir de toute-puissance.

Mais fi de ces considérations idéologiques… Déjà parce que je ne suis pas dans la tête des auteurs pour savoir ce qu’il en est et puis honnêtement, je m’en fous un peu.

Je vous l’ai déjà dit pour Le Peuple Loup et Princesse Dragon, voir un film qui sort des cardans de plus en plus lourdingues et consensuels de Disney, un film chinois, qui adapte donc ses mythes à sa sauce avec tout ce que ça implique de références culturelles propres qui sont donc respectées, ben ça fait du bien.

Un design très beau, une histoire simple, mais très belle aussi, avec une fin très touchante (et une scène post-générique, bon sang les gens, mais quand est-ce que vous allez arrêter de quitter la salle direct ? On le sait quand même maintenant qu’il peut y avoir des choses pendant le générique ou après !), bref, je ne sais pas si ce film est vraiment idéologiquement douteux, et je n’ai honnêtement aucun moyen de le savoir, parce que ce sont des mentalités et des croyances bien trop éloignées de  moi pour, mais c’est juste beau, reposant quand il le faut, spectaculaire quant ça le doit, plein de rebondissements vraiment bien vus dont beaucoup m’ont vraiment surprise.

Bref, un bon moment qui vous emmènera bien loin, à une époque où les hommes côtoyaient des créatures fabuleuses, sans que les uns soient meilleurs que les autres, mais où, comme partout et de tout temps, deux cœurs accrochés l’un à l’autre peuvent changer bien des choses. 🙂

Désolée pour le côté guimauve, mais là je l’ai vraiment trouvé juste touchant et pas mièvre, donc ça aussi, ça fait du bien. 🙂

Bon allez sur ce, le chapitre 63 du Petit Papillon vous attend et moi je raccroche pour ce soir !

Merci à vous de me suivre et je vous souhaite une excellente semaine. Prenez bien soin de vous ! 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.