Fondons de concert ! [Buzz l’éclair – Le Petit Papillon 72]

Saluuuut les gens !

Alors y parait que demain, ça va être le jour le plus chaud jamais enregistré en France.

Argh.

Courage, hydratez-vous et restez au frais, autant que possible, hein !

En attendant, mon avis (rapide) sur le dernier Pixar et le chapitre 72 du Petit Papillon ! 🙂

Donc donc donc, ce Buzz l’éclair, quoi que donc j’en pense ?

Alors, vous le savez si vous me suivez depuis un moment, j’aime plutôt bien Pixar. J’ai beaucoup de réserves par rapport à Disney, mais globalement jusqu’ici, je n’ai jamais été déçue par Pixar. Et je n’ai pas été déçue par ce Buzz l’éclair… Mais d’un autre côté, je ne m’attendais absolument à rien.

Je ne suis pas une grosse fan de Toy Story, je ne les ai pas tous vus et, si je reconnais leur importance dans l’histoire du cinéma d’animation, ce n’est pas et de loin une saga qui m’intéresse plus que ça. Pas d’attachement particulier à ce personnage, donc.

Par contre, vous le savez aussi, j’aime beaucoup la science-fiction. Donc, l’idée de voir un petit film d’animation de SF cool par un studio cool, ça m’allait tout court. Et il faut admettre que, sans être transcendant, ça fait bien le café.

Ce n’est, de loin, pas aussi mauvais que je l’avais vu/lu. Ça se regarde, on passe un bon moment, c’est rythmé, bien écrit (Pixar a un talent pour les set-up/pay-off qui me laisse sur le c** à chaque fois), avec de vrais twists qu’on ne voit pas (trop) venir, des persos cools et diversifiés, un héros avec un parcours convenu, mais cool à suivre, et effectivement, le chat-robot-comic-relief est, déjà, un vrai personnage, en plus d’être très marrant. Oui, c’est un produit dérivé sur pattes, mais franchement, il est vraiment drôle.

Techniquement, c’est un sans faute, mais qu’est-ce que Disney et Pixar ont à encore à prouver là-dessus…

Non, le seul bémol que j’aurais, c’est qu’à la limite, venant de Pixar qui m’a offert des moments d’émotion extrêmement intenses dans beaucoup de leurs films, là, à ce niveau, c’est très convenu et ça n’a pas la puissance émotionnelle et thématique d’un Vice Versa ou même d’un En Avant. Pourtant, le sujet aurait vraiment pu s’y prêter, il y avait de quoi faire, mais la place est plus laisser aux gags et à l’action qu’à des questionnements plus poussés.

Ça n’en fait absolument pas un mauvais film. J’ai vraiment passé un moment très sympa (et au frais), j’ai bien rigolé, j’ai été agréablement surprise par certains tournants du récit et les multiples clins d’oeil à beaucoup de grands films de SF m’ont fait sourire quand je les ai repérés après coup, car franchement, je n’y ai pas vu, comme certains, de tentative de les égaler, mais bien juste de les citer.

Donc, ben bien sympa/20, à voir si vous voulez partir un peu dans les étoiles sans plus de prise de tête. Et RESTEZ au générique ! Bon sang j’étais toute seule à la dernière scène… C’est triste, elle est rigolote…

Voilà voilà.

Retour sur Terre, hydratez-vous, pour le chapitre 72 du Petit Papillon ! 🙂

Enjoy, RV dans les comm’ et bonne semaine à tous ! 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.